logo SOV

Gang Of Four

Happy Now

Gang Of Four - Happy Now
Chronique Album
Date de sortie : 19.04.2019
Label : Gill Music
15
Rédigé par Yann Guillo, le 22 avril 2019
Bookmark and Share
C'est un fait, le rock est devenu une affaire de vieux. La moyenne d'âge de l'auditeur de Ouï FM doit se situer autour des quarante ans. Les cheveux gris (quand il en reste) et la bedaine sont devenus plus courants dans les concerts à guitares que les jeans normcore. Et la nostalgie a la peau dure.

Les tribute bands plus ou moins talentueux remplissent des Olympia à la pelle. Les remasterisations n'en finissent plus de faire acheter le même album à des fans en quête de plaisirs audiophiles. Et certains groupes continuent à vivre de leur légende, quitte à ne compter que quelques membres d'origine dans leurs rangs.

C'est le cas de Gang Of Four où continue de sévir Andy Gill, seul survivant du line-up originel. Celui qui produisit, au tournant des années 1970-1980, une paire d'albums avant-gardistes et rageurs (Entertainment! et Solid Gold) qui ont écrit la légende du groupe et influencé quantité de musiciens au cours des décennies suivantes. Mais le groupe a-t-il encore quelque chose de pertinent à dire en 2019 ?

En s'attaquant à notre époque trouble, Donald Trump en tête (sa voix est samplée sur Alpha Male, un titre s'appelle Ivanka : « My Names On It » et son portrait illustre la pochette), Happy Now veut nous convaincre que c'est le cas. Et tenter de renouer avec une forme d'inspiration sociale et politique. Pari gagnant ?

Malheureusement, on est très loin du compte avec ce nouvel album. On conseillera d'ailleurs à l'auditeur en quête d'une dose de contestation rageuse de se tourner plutôt vers les excellents IDLES pour ce faire. Car Gang Of Four version 2019 est plus proche d'un groupe électro-rock que de post-punk. Son territoire musical lorgne davantage vers TV On The Radio, LCD Soundsystem, Prince ou un David Bowie tardif que vers la new wave. Il propose une sorte de funk blanc expérimental et angulaire, où les guitares sont enterrées sous des couches de synthétiseurs, percussions et effets électroniques variés.

Résultat : on a beaucoup de mal à trouver un sens à ces chansons aux arrangements surchargés et aux mélodies tortueuses. On frôle l'indigestion sur plusieurs titres dont l'écoute s'avère particulièrement fastidieuse (One True Friend, Ivanka : « My Names On It », I'm A Liar...). Seuls morceaux à tirer leur épingle du jeu : Toreador et ses « la la la » pop et la martiale Alpha Male. Pas de quoi cependant se relever la nuit.

On préférera donc oublier rapidement cette version zombie et peu inspirée de Gang Of Four et retourner écouter Damaged Goods. En version remasterisée audiophile, bien sûr.
tracklisting
    01. Toreador
  • 02. Alpha Male
  • 03. One True Friend
  • 04. Ivanka – My Name's On It
  • 05. Don't Ask Me
  • 06. Change The Locks
  • 07. I'm A Liar
  • 08. White Lies
  • 09. Paper Thin
  • 10. Lucky (Bonus Track)
titres conseillés
    Alpha Male, Toreador
notes des lecteurs
Du même artiste