logo SOV

Sam Fender

Hypersonic Missiles

Sam Fender - Hypersonic Missiles
Chronique Album
Date de sortie : 13.09.2019
Label : Polydor
35
Rédigé par Laetitia Mavrel, le 6 septembre 2019
Bookmark and Share
Sam Fender est indéniablement doué. A seulement 23 ans, ses talents de composition et sa capacité à tenir le devant de la scène accompagné de trois musiciens (voire quatre avec son saxophoniste) ne laissent aucun doute. Originaire de Newcastle, parents tous deux musiciens, Sam Fender a été à bonne école. Néanmoins ne se révèle pas auteur compositeur interprète qui veut aussi rapidement et de façon aussi efficace.

Le registre de cet Hypersonic Missiles est simple mais efficace. Fender (aucun lien mais un nom qui n'augure que du bon) nous distille sur son premier album treize titres de rock assez maintsream et diffusés largement sur les ondes des radios grand public type BBC.
D'une part, Sam Fender dispose déjà d'une voix forte et juste pour interpréter titres dynamiques et ballades bien plus calmes. On n'y trouve aucune fausse note, ni perte de puissance voir éraillements qui font la joie des groupes post-punk du moment, plus axés sur les larsens de guitares que sur la justesse du ton. D'autre part, le panel des titres proposé brasse, disons-le clairement, assez large.

Le disque débute avec une triplette pop-rock classique : Hypersonic Missiles, The Borders et White Privilege offrent la mélodie à la guitare qui reste facilement en tête et l'écrin idéal pour la voix qui monte en puissance – toute relative, ça ne braille jamais – sur les refrains. Le rythme est punchy, l'orchestration toute en velours, le calibrage radio est idéal. S'en suivent des titres plus doux tels Dead Boys, Saturday et Two People, ballades à tendance folk où Sam Fender fait encore plus démonstration de son timbre de voix parfaitement juste et dont on anticipe l'interlude un peu romantique durant les concerts.

D'autres morceaux se démarquent légèrement du répertoire, notamment Play God à l'orchestration plus atmosphérique, où le riff de guitare et la ligne de basse sont plus épurés et donnent un côté un peu sombre au tout. De même, Leave Fast est le titre le plus harmonieux du disque, les arpèges à la guitare un brin country blues et le chant plus passionné nous touche réellement. Le reste des compositions peine néanmoins à sortir du lot. Non pas que cet album soit inégal, mais le parti pris de ce rock calibré grand public n'offre dès lors que peu de moments de grâce réelle.

Sam Fender se présente dès ce premier disque comme un artiste solide, aux bases plus que maitrisées et prêt à remplir les grandes salles britanniques. Le public outre-manche ne s'est pas trompé, l'artiste était déjà présent aux grands raouts estivaux les plus connus tel le TRNSMT à Glasgow, et s'apprête à conquérir les États-Unis dès cet automne pour terminer dans toutes les O2 Arenas d'Angleterre.
D'où cette impression un peu mitigée lors de sa prestation récente au festival Rock en Seine. Certes programmé lors de la journée du dimanche qui était plus que fournie en talents, la scène de la Cascade quasi pleine offrait une belle occasion de convaincre les petits frenchies. Le set écourté d'une bonne dizaine de minutes nous a laissés sur notre faim, Sam Fender paraissant un brin ailleurs durant ce concert.

C'est peut être au niveau de l'endurance et de la prestance sur scène que Fender peut encore s'améliorer, car l'album Hypersonic Missiles est une première réussie, aux angles certes un peu arrondis et au style assez convenu, mais qui ouvre les voies de la reconnaissance rapide à ce jeune artiste dont on souhaite qu'il prenne quelques risques pour la suite.
tracklisting
    01. Hypersonic Missiles
  • 02. The Borders
  • 03. White Privilege
  • 04. Dead Boys
  • 05. You're Not The Only One
  • 06. Play God
  • 07. That Sound
  • 08. Saturday
  • 09. Will We Talk
  • 10. Two People
  • 11. Call Me Lover
  • 12. Leave Fast
  • 13. Use (live)
titres conseillés
    Leave Fast, Play God, White Privilege
notes des lecteurs