logo SOV

Super Furry Animals

Guerrilla (20th Anniversary Reissue)

Super Furry Animals - Guerrilla (20th Anniversary Reissue)
Chronique Album
Date de sortie : 01.11.2019
Label : BMG Rights Management
5
Rédigé par Laetitia Mavrel, le 17 novembre 2019
Bookmark and Share
Les nombreux disques célébrant leurs 20 ans cette année nous font réaliser à quel point les groupes concernés n'ont pas tous bien vieilli. S'agissant des Super Furry Animals, le challenge a été relevé haut la main et le foisonnement d'idées contenu dans Guerrilla, leur troisième album à l'époque, nous est encore plus évident aujourd'hui.

Replaçons-nous dans le contexte de cette fin de siècle. Le début des années 2000 allait voir une vague électro-rave s'emparer de l'Europe au grand dam de nos oreilles, car peu de groupes ayant trempé dans cette marée technoïde en est sorti digne. L'avantage avec les Super Furry Animals (SFA pour les intimes) est que leurs racines puisaient déjà fortement dans la musique électro, et c'est réellement avec Guerrilla qu'ils les ont ouvertement assumées.

L'album, lors de sa parution en juin 1999, se présente comme un ovni. Beaucoup se sont risqués à y coller une étiquette, en sont sorties de drôles de dénominations telles « néo-psychedélique pop » ou autre « surf-rock futuriste ». Au final beaucoup d'adjectifs tentant de définir un album au sein duquel aucun titre ne se ressemble, et c'était là l'objectif de la bande à Gruff Rhys.
Pour rappel, il s'agit de leur premier disque enregistré hors du Pays de Galles, fière contrée pourvoyeuse de nombreux groupes venant narguer les anglais dans les charts tels Stereophonics, Catatonia ou Manic Street Preachers. Mais les Super Furry Animals se sont toujours différenciés de leurs compatriotes car membres de la Welsh Speaking Society et saupoudrant leurs albums de titres en gallois (allant jusqu'à composer des disques uniquement dans leur langue natale comme Mwng). Le succès et l'envie de toucher un plus large public les a néanmoins convaincus de favoriser la langue anglaise.

Le groupe lui-même à la production, c'est un disque qui revêt les nombreuses influences de tous les membres. Bien que les gallois atteindront les sommets de la gloire avec Rings Around The World en 2001, Guerrilla marque déjà leur tendance à être toujours hors norme. Rien que les quatre titres d'ouverture forment une suite complètement illogique musicalement, Check It Out est une intro digne d'un des meilleurs samples des Beastie Boys, Do Or Die est un génial concentré de rock garage, The Turning Tide est une ballade pop jamais mièvre et Northern Lites inclut des sonorités bossa nova parfaitement mises au goût du groupe. Notons le délicieux décalage d'avec notre époque de Wherever I Lay My Phone (That's My Home) qui se moquait déjà du tout début de l'invasion des téléphones portables, à l'époque sans internet et à clapet (avoir un Motorola noir était le summum de la hype).

Cette réédition de Guerrilla est généreuse. Deux disques (en CD ou vinyle) avec les quatorze titres remasterisés, suivis de six inédits qui, comme dans l'album original, se suivent mais ne se ressemblent pas. Citizen's Band (titre caché lors de la sortie du disque) et Mrs Spector sont de purs morceaux punk rock, Colorblind et The Matter Of Time sonnent plus mélodieux et font la part belle à la voix de Gruff Rhys.

Le second disque consiste en deux session live d'époque qui offrent des versions acoustiques ou en studio qui donnent encore plus de puissance aux meilleurs titres du disque, sublimés par le chant de Gruff Rhys, au naturel, avec ses déraillements et ses aigües approximatifs que l'on adore. Le tout se termine par de nombreux remixes et démos jamais achevées, qui nous replongent dans cette période si féconde du groupe.

Tout cela nous rappelle que Super Furry Animals nous manquent. Malgré les disques solos de Gruff Rhys, âme du groupe et qui est passé dernièrement à Paris nous donner une petite leçon de Gallois avec Pang!, nous sommes nostalgiques de cette cohésion bordélique, de ces titres solidement décalés et de ces prestations live d'un autre monde, à l'image de cet immonde ovni jaune de la couverture qui préfigurait les tout aussi immondes Mignons d'aujourd'hui.

Leur dernière prestation live s'étant déroulée en 2015, et n'ayant jamais annoncé de séparation officielle alors que chaque membre se dédie à des projets en solo depuis, nous sommes toujours dans l'attente d'un nouveau disque et de la tournée qui va avec. L'anniversaire de Guerrilla, comme celui de Radiator il y a trois ans n'ont fait que nous rappeler qu'il est bon d'avoir vécu cette magnifique fin de vingtième siècle, si riche en perles rock british.
tracklisting
    CD1
  • 01. Check It Out
  • 02. Do Or Die
  • 03. The Turning Tide
  • 04. Northern Lites
  • 05. Nightvision
  • 06. Wherever I Lay My Phone (that's My Home)
  • 07. A Specific Ocean
  • 08. Some Things Come From Nothing
  • 09. The Door To This House Remains Open
  • 10. Rabid Dog
  • 11. The Matter Of Time
  • 12. Mrs. Spector
  • 13. Missunderstanding (Sic)
  • 14. Colorblind
  • 15. This, That And The Other
  • CD2
  • 01. The Turning Tide Big Noise Demos January 1998
  • 02. Hand In Hand Big Noise Demos January 1998
  • 03. Colorblind Big Noise Demos January 1998
  • 04.Vermillionaire Big Noise Demos January 1998
  • 05. The Teacher Big Noise Demos January 1998
  • 06. Keep The Cosmic Trigger Happy Big Noise Demos January 1998
  • 07. The Turning Tide Ewloe Demos March 1998
  • 08. Northern Lites Ewloe Demos March 1998
  • 09. Fire In My Heart Ewloe Demos March 1998
  • 10. Colorblind Ewloe Demos March 1998
  • 11. Rabid Dog Ewloe Demos March 1998
  • 12. Do Or Die Ewloe Demos March 1998
  • 13. The Matter Of Time Ewloe Demos March 1998
  • 14. Wherever I Lay My Phone (that's My Home) Ewloe Demos March 1998
  • 15. Check It Out (rough Mix)
  • 16. Y Teimlad (rough Mix)
  • 17. John Spex (unfinished, Rough Mix)
  • 18. Cowboy (unfinished, Rough Mix)
  • 19. Cian & Bunf (final Mix)
  • 20. Dx Heaven (final Mix)
titres conseillés
    The Turning Tide, Wherever I Lay My Phone, Colorblind, Some Things Come From Nothing
notes des lecteurs
Du même artiste