logo SOV

The Irrepressibles

Superheroes

The Irrepressibles - Superheroes
Chronique Album
Date de sortie : 24.07.2020
Label : Of Naked Design Records
35
Rédigé par Bertrand Corbaton, le 29 juin 2020
Bookmark and Share
The Irrepressibles se sont fait connaître du grand public et ont acquis un succès d'estime important grâce à une musique à l'esthétique classique et des prestations live théâtrales, loin du format habituel guitare, basse, batterie. La personnalité et le charisme de Jamie McDermott, tête pensante de la formation, a renforcé la curiosité que déclenche le groupe, véritable ovni dans le milieu rock indé.

Les comparaisons flatteuses avec David Bowie période Ziggy Stardust sont probablement exagérées, mais elles témoignent de l'impact que peut avoir la musique de The Irrepressibles dans l'esprit du public en seulement deux albums et dix-huit ans d'existence.
La sortie de Superheroes est donc pour les fans du groupe l'occasion de se faire à nouveau emporter par les mélodies grandiloquentes et aériennes de McDermott. Cette attente risque pourtant d'être déçue tant le groupe a décidé de prendre son auditoire à contre-pied avec ce troisième album. Si la marque de fabrique est toujours présente sur certains morceaux, The Irrepressibles viennent aujourd'hui explorer des contrées plus électroniques, et mettre entre parenthèses les envolées angéliques qui ont fait leur réputation sur Mirror Mirror et Nude. Depuis cette période, McDermott s'est offert un déménagement à Berlin qui l'a rapproché des musiques électroniques et l'a conduit à maturer une histoire d'amour, autobiographique ou non, thème de ce nouvel album.

Anxiety et International ne laissent pas de place au doute quant aux intentions et à la direction empruntée. Puis Let Go (Everybody Move Your Body Listen To Your Heart) laisse apparaître un morceau électronique à la mélodie accrocheuse, limite racoleuse, aux sonorités vintages et minimalistes. Cette approche n'est pas sans nous rappeler le groupe électro Röyksopp. On se souvient alors le travail du duo Norvégien sur le remix de In This Shirt de l'album Mirror Mirror.
La tendance électronique est d'autant plus forte sur Dominance. Elle nous écarte définitivement de tout ce dont avait pu nous habituer McDermott. Il s'agit ici d'une matière analogique froide, à l'image de ce que pouvait faire Frank Tovey avec Fad Gadget, autant dans la construction que dans les sonorités. Dominance toujours sur ce même registre est intéressant. The Abandonment Of... Ego!, tente de jouer la même partition avec une réussite bien moindre. Moins maîtrisé et plus ennuyeux, ce titre se veut audacieux et dansant, mais tombe malheureusement à côté.

À l'image de pièces plus calmes comme le très réussi Swans, The Irrepressibles varient les plaisirs. L'instrumental The Child Inside Falls In Love est une nappe simple qui se termine par une touche subtile électronique, comme pour servir de pont entre les titres purement électro et les quelques morceaux qui vont se rapprocher de la zone de confort du groupe.
Sur Submission, des nappes fines et les sons de claviers old school accompagnent la voix grave et profonde de Jon Campbell, invité pour l'occasion. Le tout est mis au service d'une envolée électro bien sentie en fin d'exercice. Submission pousse à une béatitude un brin grandiloquente des plus agréables. La clôture de l'album est dans cette même veine classieuse. Avec The Most Beautiful Boy (Strong Outside A Man, But Inside A Boy), on retrouve enfin le groupe que l'on connaît. Cette pièce délicate un brin surannée nous rappelle que le virage engagé n'est peut-être pas définitif, comme pour nous dire que Jamie McDermott ne semble pas prêt à renier entièrement ce qui a fait l'assise de sa formation depuis sa création.

Pourtant, l'écart entre cette nouvelle production et les premiers essais est réellement vertigineux, et il y a fort à parier que Superheroes ne parvienne pas à convaincre les fans de la première heure. Moins classique et théâtral, moins précieux aussi, l'album peut s'appréhender comme une tentative d'emprunter des chemins de traverse inexplorés. Pour autant, ce changement est peut-être salutaire pour éviter à Jamie McDermott de tomber dans une routine ou une caricature de lui-même un peu lourdingue. La question se pose, à vous de vous faire votre avis. En revanche, on ne pourra pas reprocher à The Irrepressibles une prise de risques évidente.
tracklisting
    01. Anxiety
  • 02. International
  • 03. Let Go
  • 04. Dominance
  • 05. Swans
  • 06. The Child Inside Falls in Love (choral instrumental)
  • 07. The Abandonment Of... Ego!
  • 08. Submission
  • 09. The Distance of Time Between Us (poem)
  • 10. The Most Beautiful Boy (Strong Outside A Man, But Inside A Boy)
titres conseillés
    LET GO (EVERYBODY MOVE YOUR BODY LISTEN TO YOUR HEART), SUBMISSION, The Most Beautiful Boy (Strong Outside A Man, But Inside A Boy)
notes des lecteurs
Du même artiste