logo SOV

Arctic Monkeys

Whatever People Say I Am, That's What I Am Not

Arctic Monkeys - Whatever People Say I Am, That's What I Am Not
Chronique Album
Date de sortie : 23.01.2006
Label : Domino Records/PIAS France
4
Rédigé par Raph, le 19 janvier 2006
Bookmark and Share
Nous y voici, nous y voilà : la chronique du premier album des Arctic Monkeys… On serait presque tenté de dire qu’elle ne sert à rien, certains sont déjà sous le charme, les autres abhorrent ces quatre gamins de Sheffield, à peine sortis de leur collège, déjà propulsé en tête des charts et attendus comme les nouveaux sauveurs de la pop britannique. La hype ne connaît pas la demi-mesure, et si l’hystérie qui entoure le groupe énerve, elle ne doit pas masquer l’immense talent et le vent de fraîcheur que fait souffler ce groupe sur une nation toujours prête à embrasser ses meilleurs éléments.

C’est avec quelques démos affolantes de fraîcheur disséminées sur la toile que les Monkeys ont acquis les prémices d’une notoriété qui allait grandir de mois en mois. Pas encore majeur mais déjà détenteur d’un paquet de tubes en puissance, de Mardy Burn à Choo Choo, en passant par l’effarant Sun Goes Down, les Arctic Monkeys ont acquis ces 18 derniers mois une reconnaissance éclair, qui les menait jusqu’à l’Astoria de Londres…Sold out ! Au moment où la scène post-80s, des Rakes à Holy Ghost, de Bloc Party à Editors focalise l’attention, c’est donc un groupe à la pop adolescente et dansante qui s’impose comme le phénomène du moment.

A l’heure où sort ce premier album au titre un peu bancal, la question est de savoir si les Arctic Monkeys ne sont qu’un groupe à « tubes », ou s’ils sont déjà capables d’écrire un album riche et cohérent, complexe et renversant.. A vrai dire, ce serait placer un peu trop d’espoirs en un groupe au songwriting dynamique et efficace, mais qui manque encore clairement de maturité et de variété. L’album est assez répétitif dans l’ensemble, les recettes sont souvent les mêmes. Pour boucler l’affaire, le groupe à sans doute écrit quelques derniers titres à la va vite. Peut être aussi qu’ils n’avaient pas les moyens de faire mieux, du haut de leurs 18 ans. Doit on pour autant leur faire un procès ? Car malgré tout cela, on ne s’ennuie jamais à l’écoute de ce Whatever People Say I’m That’s What I’m Not. Les tubes à l’efficacité redoutable s’enchaînent. Il y a ce I Bet You Look Good On The Dancefloor ébouriffant, puis le tonique Dancing Shoes, le frénétique Still Take You Home,… Certes, il s’agit d’un plaisir tout éphémère… On l’écoute, on s’éclate, on l’oublie... Et alors ?

La musique des Arctic Monkeys est un plaisir gratuit, court et intense. Il n’y a pas de révolution là dedans, pas de branlette sonore, ni d’ambition démesurée… Il y a simplement d’excellentes chansons, un chant énergique et vif, et une sacrée dose de fraîcheur, ce qui est déjà beaucoup pour un disque dont la conclusion forme un somptueux bouquet final : When The Sun Goes Down, From The Ritz To The Rubble et A Certain Romance. A cet instant là, on se dit qu’après tout, on resterait bien quelques heures de plus en si charmante compagnie.
tracklisting
    01. The View From The Afternoon
  • 02. I Bet You Look Good On The Dancefloor
  • 03. Fake Tales Of San Francisco
  • 04. Dancing Shoes
  • 05. You Probably Couldn't See For The Lights But You Were Looking Straight At Me
  • 06. Still Take You Home
  • 07. Riot Van
  • 08. Red Light Indicates Doors Are Secured
  • 09. Mardy Burn
  • 10. Perhaps Vampires Is A Bit Strong But
  • 11. When The Sun Goes Down
  • 12. From The Ritz To The Rubble
  • 13. A Certain Romance
titres conseillés
    When The Sun Goes Down, Still Take You Home, A Certain Romance, Choo Choo
notes des lecteurs
Du même artiste