logo SOV

Arctic Monkeys

Suck It And See

Arctic Monkeys - Suck It And See
Chronique Album
Date de sortie : 06.06.2011
Label : Domino Records
4
Rédigé par Emeline, le 5 juin 2011
Bookmark and Share
Le nouvel Arctic Monkeys est un bon cru. Un très bon même. Catapulté sur le devant de la scène anglaise en 2006 avec la sortie de Whatever People Say I Am, That's What I'm Not - alors qu'ils avaient tout juste atteint la vingtaine -, les trublions de Sheffield avaient su donner avec Favourite Worst Nightmare puis Humbug un sentiment d'espoir : celui que leur fulgurante ascension et médiatisation n'était pas la seule conséquence d'un buzz quelconque, mais bel et bien le reflet public de leur talent. Avec Suck It And See, leur quatrième disque, les Arctic Monkeys tirent profit de leur décennie d'expériences vécues et gagnent en énergie, en précision et en efficacité ce qu'ils perdent peut-être parfois en surprise.

Entrons dans le vif du sujet : plus massif, plus vif, plus concis, plus produit, les Arctic Monkeys 2011 ont grandi, muri. Le chant est mis davantage en avant, les mélodies en général sont plus nerveuses, et l'énergie mieux répartie. Produit par James Ford de Simian Mobile Disco et enregistré au Sound City Studios de Los Angeles, l'album comporte douze titres sur lesquels chaque membre semble connaître son instrument sur le bout des doigts, comme s'ils se baladaient les yeux fermés sur leurs manches et leur fûts.
Éternel roi du refrain imparable (She's Thunderstorms), le groupe cultive cette élégance pop si british qui caractérise bien des artistes pop-rock anglais, de Morrissey à Carl Barat. En témoignent les éclatants et luisants The Hellcat Spangled Shalalala et son jeu basse/batterie enivrant et Suck It And See, archétype de la parfaite ballade pop à chœurs.

La plus marquante évolution vient du tournant très électrique que le groupe a chevauché. Solos enlevés, riffs gras à la frontière du stoner, les Arctic Monkeys font payer leur liberté et leur audace sur les excellents All My Own Stunts (ce n'est sans doute pas un hasard si Josh Homme des Queens Of The Stone Age est au micro), Brick By Brick (où le groupe clame son amour pour le rock'nroll), et Don't Sit Down 'Cause I've Moved Your Chair, le morceau au couplet le plus abrasif du disque. Bluffant de maîtrise et d'efficacité, Library Pictures, est là aussi une formidable démonstration de lâché prise nous faisant passer en deux minutes et vingt secondes d'un état d'angoisse à une sensation de sérénité.

Peu de véritables moments d'accalmie sont réservés à ce disque au final, mais les quelques titres down-tempo présents sont en général dotés d'une richesse sonore qui rendent leur écoute charmante (Love Is A Laserquest, Piledriver Waltz. Bref, un bel été rock arrive.
tracklisting
    01. She's Thunderstorms
  • 02. Black Treacle
  • 03. Brick By Brick
  • 04. The Hellcat Spangled Shalalala
  • 05. Don't Sit Down 'Cause I've Moved Your Chair
  • 06. Library Pictures
  • 07. All My Own Stunts
  • 08. Reckless Serenade
  • 09. Piledriver Waltz
  • 10. Love Is A Laserquest
  • 11. Suck It And See
  • 12. That's Where You're Wrong
titres conseillés
    Library Pictures, She's Thunderstorms, Brick By Brick
notes des lecteurs
notes des rdacteurs
Du même artiste