logo SOV

The Electric Soft Parade

The American Adventure

The Electric Soft Parade - The American Adventure
Chronique Album
Date de sortie : 13.10.2003
Label : DB Records/BMG
4
Rédigé par Wilfried, le 16 janvier 2004
Bookmark and Share
Forcément très attendu, autant par les fans que par les détracteurs (prêts à les tailler à coup de machettes), le successeur de "Holes In The Wall" n'a sûrement pas fini de faire parler de lui. Les frères White ont de plus surpris tout leur monde, refusant de miser sur une continuité facile et peu courage et ont au contraire pris tous les risques en s'engageant dans l'aventure américaine.

Le premier constat est celui de la surprise, l'album est pour le moins étrange, composé seulement 9 titres mais avec des morceaux assez longs (35 minutes au total finallement). Deuxième constat : loin d'être accrocheur et facile d'accès (ne pas l'écouter chez son coiffeur ;-), The American Adventure prend toute sa dimension après plusieurs écoutes.

POn ne pourra pas reprocher au duo fraternel de Brighton de ne pas avoir expérimenté et de ne pas avoir creusé dans tous les sens. Avec ce second opus il ont libéré toute leur imagination et leur créativité associé à un talent indéniable talent pour le songwriting, à l'envie de prendre à contre pieds. Et c'est une réussite. Totale.

The American Adventure tire son essence de sa complexité de différences. Tout y est varié, les compositions comme les sons, en passant par les instruments et les voix. C'est un peu (beaucoup) bric-à-brac, ça part un peu (beaucoup) dans tous les sens mais les dérapages restent impressionnant de... maîtrise.

'Things I've Done Before', premier single de l'opus, offre un accent country rock à la brit pop. 'Bruxellisation'est un parfait morceau d'accompagnement pour une telle aventure, avec son refrain aussi léger que génial. 'Lights Out' est un tube en puissance, sa voix transportante, son refrain dévastateur, ce serait facile d'en faire un single mais la simplicité et l'évidence est la dernière des qualités du groupe. De la paisible 'Wrongest Thing In Town' à la courte-ultra-melodique-chantante 'Lose Yr Frown' les expériences continuent.

Le morceau éponyme à l'album 'The American Adventure' comprend toute l'impossible compréhension du disque : étrange construction, en 3 temps, voix calme au début, mêlées de trip de bips électroniques, de clavier, de piano, passerelle de guitare... comment mélanger plusieurs titres en un ou l'art et la manière de perdre l'auditeur. La chanson est ambitieuse, difficile saisissable. 'Headacheville' est l'un des points culminants de l'album, un rythme bizarre, une atmosphère étrange, un refrain décalé...

'Chaos' et son "try to understand" plus qu'approprié, nous atteint par la sensation aussi bonne que désagréable de sentir envahie par la musique, capable de nous mettre mal a l'aise. Xylophones, harpes, ou choeurs façon église, ont quelque chose de dérangeant. Starsailor ou Coldplay devraient en prendre de la graine. La douce et paisible 'Existing' vient somptueusement clôturer l'album.

Rien à voir donc avec "Holes In The Wall", ce disque est plus lent, plus complexe, sans doute plus personnel aussi. Certes ESP ne sera sûrement pas cette fois nominé pour le prix Mercury, mais on s'en fout, eux les premiers, la qualité est là.

Il est à parier que plus d'un aura décroché dès la première écoute, ne saisissant pas l'intérêt - et c'est là tous le risque pris - mais l'aventure américaine n'est pas simple à réaliser. Pourtant les gamins de Brighton en sont parvenus au bout. Et avec la manière.
tracklisting
    01. Things I've Done Before
  • 02. Bruxellisation
  • 03. Lights Out
  • 04. Wrongest Thing In Town
  • 05. Lose Yr Frown
  • 06. The American Adventure
  • 07. Chaos
  • 08. Headacheville
  • 09. Existing
titres conseillés
    Lights Out, The American Adventure, Headacheville
notes des lecteurs
notes des rdacteurs
Du même artiste