logo SOV

Sinead O'Brien
Wet Leg

Paris, Cirque d'Hiver - 13 mai 2022

Live-report par Franck Narquin

Bookmark and Share
Après deux premières éditions 100% numériques, le Culturebox Festival s'est ouvert cette année pour la première fois au public tout en restant diffusé en direct sur le site de france.tv. Après une première soirée ayant accueilli les grands Peter Doherty & Frédéric Lo, collaboration dont nous avons déjà dit tout le bien que nous pensions tant sur disque que sur scène, c'est au tour des sensations Sinead O'Brien et Wet Leg de fouler la piste du Cirque d'Hiver.


Alors que les heureux détenteurs d'une invitation s'installent tranquillement dans des box aux confortables sièges de velours rouges, le régisseur du spectacle vient, tel un Monsieur Loyal, nous donner les instructions d'usage pour ce spectacle à la croisée du concert et de l'émission télé. A 19h30 très précises, l'irlandaise Sinead O'Brien ouvre le bal accompagnée de son guitariste dégingandé et de son batteur survolté. Nous étions impatient d'enfin la découvrir sur scène après la claque Kid Stuff et la poignée de singles publiés depuis et en attendant la sortie le 10 juin de son très attendu premier album, Time Bend And Break The Bower, enregistré dans les studios de l'inévitable Dan Carey (Fontaines D.C, Squid, Black Midi et... Wet Leg !).
Un peu intimidée ou déstabilisée par cette configuration inhabituelle et un public encore un peu froid, les premiers pas sont hésitants et le mayonnaise peine à prendre, la faute notamment à un son un peu étouffé (mais excellent dans sa version en ligne). Les qualités de la demoiselle sont pourtant indéniables, une voix envoûtante, un charisme certain et une attitude qui nous rappelle une jeune Polly Jean Harvey. Il faudra quatre ou cinq morceaux pour que l'ambiance se réchauffe et que le public se fasse enfin embarquer. Cette agréable présentation s'avère un excellent teaser pour l'album et une belle mise en bouche avant son retour sur scène en France dans quelques festivals d'été et surtout en septembre pour son concert dans un Point Éphémère à Paris qu'on imagine déjà plein à craquer.


Monsieur Loyal refait son apparition sur la piste, nous invitant à nous désaltérer le temps de l'entracte et du changement de scène et de surtout ne pas oublier d'applaudir bien fort le prochain groupe. Précision quelque peu superfétatoire quand ledit groupe se nomme Wet Leg. Le public semble conquis d'avance et prêt à très chaleureusement accueillir Rhian Teasdale, la brune volcanique, et Hester Chambers, la blonde réservée. Avant leur concert Parisien du lendemain, sonique et volcanique, le groupe de l'Ile de Wight s'offre une ultime répétition de prestige et présente un set quasi-identique, tout juste amputé de deux ou trois titres. Leur énergie communicative et leur noisy-pop ultra efficace font mouche. Les spectateurs se dandinent dans les balcons dès les premiers accords de Being In Love et rugiront de plaisir au son des désormais classiques Wet Dream et Chaise Longue. Sans forcer les anglaises auront volé la vedette à la tête d'affiche de la soirée, les belges de Balthazar, qui viendront tout de même clôturer en beauté le festival.

On remercie Culturebox pour cette belle sélection d'artistes et on conseille vivement aux absents ou à ceux qui au contraire voudrait s'offrir un peu de rab, de se ruer sur les replays, encore disponibles, sur le site de la chaine.

Crédits photos : © Jean-Philippe Parienté/ FTV
setlist
    SINEAD O'BRIEN
    Girlkind
    Kid Stuff
    There Are Good Times Coming
    Most Modern Painting
    Roman Ruins
    Taking On Time
    Holy Country
    Like Culture

    WET LEG
    Wet Leg
    Being In Love
    Wet Dream
    Supermarket
    Piece Of Shit
    Too Late Now
    Obvious
    Oh No
    I Don't Wanna Go Out
    It's A Shame
    Ur Mum
    Angelica
    Chaise Longue
Du même artiste