logo SOV

FEET

Paris, Trabendo - 26 juin 2024

Live-report par Laetitia Mavrel

Bookmark and Share
L'été débute, avec son lot de grosses coulées de sueur dans le dos lors des concerts, dans nos chères salles qui se transforment alors en hammam (sauf à aller s'asseoir sous les toits de l'AccorArena ou de la Défense Arena, en pleine climatisation). En attendant de gambader cheveux au vent dans les champs ou les parcs de nos festivals préférés, rendons-nous ce soir au Trabendo de la Villette où nous réussissons enfin à retrouver FEET, joyeux groupe power pop de Coventry qui, du fait de nombreux aléas, n'a pu revenir dans la capitale depuis son excellente prestation à la Block Party du Supersonic l'an passé. Nous étions à ce moment-là sortis motivés par le concert hyper dynamique et dansant du groupe, donné dans l'ex-Café de la Presse, et malgré les conditions un peu étroites, ce dernier avait réussi à faire se mouvoir amplement la foule compactée à ses pieds.

A la suite de la parution du second LP Make It Up il y a quinze jours qui a également fait se transformer en petit dancefloor bondissant la salle de rédaction, quelle joie de savoir que nous allions enfin pourvoir tester en live les nouveaux morceaux tout aussi jubilatoires que leurs prédécesseurs. Si la position de première partie peut s'avérer un challenge plus conséquent, les conditions du soir sont toutes en faveur des jeunes anglais, la fosse du Trabendo étant très convenablement remplie en tout début de soirée et le public des australiens de Psychedelic Porn Crumpets, héros de la soirée, très à l'affut car eux-mêmes ayant subi la sentence de l'annulation de cette même affiche en mars dernier.


Ainsi, sous les sempiternels spots (trop) vifs du Trabendo, les cinq anglais que sont George Haverson au chant et à l'animation, Harry Southerton and Callum Parker à la guitare, Oli Shasha à la basse et Ben Firth à la batterie prennent de front la scène, en rang d'oignon, et débutent fort avec Greasy Boy, très bon single issu de Make It Up qui nous évoque avec beaucoup de nostalgie les débuts de Weezer, quand ces derniers régnaient en maîtres sur nos fêtes de lycéens dans les années 90.

Mais FEET savent moderniser ce style qui n'a depuis pas perdu une once de son efficacité, le chant de George Haverson et sa présence scénique très marquée étant à des années lumières de l'immobilisme de Rivers Cuomo. Sans instrument si ce n'est sa longue silhouette très élastique, George, muni de son pied de micro (qu'il se cognera nonchalamment dans le nez) et de ses cymbalettes, ambiance le set avec beaucoup de conviction, et le public bien qu'étranger au répertoire se laisse entraîner de bon cœur dans les hits survitaminés que sont Can't Get In, The Real Thing et le tube de ce dernier album, Sit Down.


Une première partie se doit de balancer un maximum en un temps restreint, ce pourquoi nous ne pourrons profiter des plages plus subtiles telles Why Would I Lie et le très beaux Truly Awful. Mais aucun regret, le groupe devant mettre en jambe le public des australiens, c'est donc pourquoi on ne s'économise pas ce soir sur les morceaux fusées et pétillants, allant creuser dans les archives du tout premier album What's Inside Is More Than Ham avec le très funky Chalet 47 pour finir comme il se doit avec Goodbye (So Long, Farewell) , titre idéal pour clôturer un set de FEET et qui sera francisé à cette occasion, le groupe semblant aimer profondément Paris, pour preuve le très sympathique tee-shirt arborant un grand « OUI » de George, comme une petite déclaration à notre belle capitale.

La petite demi-heure de concert de FEET aura été courte mais nous aura enfin reconnecté avec le groupe et sa fizz pop hyper chaleureuse, bande son parfaite pour cet été qui débute lui aussi chaudement, et nous fait déjà languir à l'idée d'enfin retrouver le groupe en tête d'affiche pour creuser un peu plus dans leur très bon répertoire.
setlist
    Greasy Boy
    Can't Get In
    The Real Thing
    Bullseye
    Changing My Mind Again
    Good Richard's Crash Landing
    Sit Down
    Chalet 47
    Goodbye (So Long, Farewell)
photos du concert
    Du même artiste