logo SOV

Biffy Clyro

Paris, Bercy - 22 janvier 2008

Live-report par Fab

Bookmark and Share
Hostilité, curiosité ou incrédulité ? Rien ne pouvait réellement laisser présager de l'accueil que les fans de Linkin Park allaient réserver aux écossais de Biffy Clyro en première partie de la formation américaine, et ce pour la première prestation du trio dans l'imposante salle parisienne du Palais Omnisport de Paris Bercy. Après trente minutes passées sur scène, Simon Neil et les frères Johnstone ne pouvaient que constater les dégâts en dépit de leurs nombreux efforts pour s'attirer les bonnes faveurs des quelques milliers de « spectateurs » massés aux quatre coins de la salle sur le coup de 20h...

Le terme de spectateur n'aura ainsi jamais si bien porté son nom, car c'est bien un public apathique, peu concerné et au final très froid que le groupe a tenté de dompter durant sa courte prestation. En ajoutant à cela l'acoustique désastreuse d'une salle bien souvent comparée à un hangar à bestiaux, la chaleur en moins, la tâche incombant à Biffy Clyro s'est rapidement muée en une mission impossible.
En ouvrant la soirée avec Saturday Superhouse et Who's Got Match?, singles très convaincants tirés de l'album Puzzle, la formation de Glasgow semblait pourtant lancée sur de bons rails, ne serait-ce que par rapport aux habitués de MTV et consorts. Las, la réaction attendue ne vint jamais récompenser la débauche d'énergie caractéristique d'un groupe à l'efficacité scénique reconnue. Les efficaces Get Fucked Stud et A Whole Child Ago subissent par la suite le même traitement alors que, au sein même des gradins, les discussions vont bon train, les plus courageux installés dans la fosse demeurant parfaitement statiques.
Seul et unique rayon de soleil de la soirée, le semblant d'enthousiasme clairement perceptible dès les premières notes d'un Living Is A Problem Because Everything Dies toujours aussi sensationnel et grandiloquent, qui plus est maîtrisé de bout en bout sans le moindre faux pas, avant que Now I'm Everyone et un Glitter And Trauma puissant mais honteusement boudé ne clôturent le set.

Quand bien même cela ne remet aucunement en cause les aptitudes de la formation, le « grand public » français semble malheureusement loin d’avoir adopté Biffy Clyro, même le temps d’une soirée…
setlist
    Saturday Superhouse
    Who's Got A Match?
    Get Fucked Stud
    A Whole Child Ago
    Living Is A Problem Because Everything Dies
    Now I'm Everyone
    Glitter And Trauma
photos du concert
    Du même artiste