logo SOV

Foals

Paris, Maroquinerie - 21 février 2008

Live-report par Fab

Bookmark and Share
Ce que tout bon amateur de rock pouvait espérer il y a quelques jours encore est désormais devenu une réalité : alors que l'année 2008 ne fait encore que commencer, la soirée Inrocks Indie Club organisée hier soir à la Maroquinerie nous a offert avec Foals une des prestations les plus intenses et marquantes de ces derniers mois, prouvant si cela était encore nécessaire que les cinq jeunes anglais d'Oxford suivent, et suivront probablement, une ascension irrésistible vers les sommets.

C'est dans une ambiance chaude et moite, après des prestations réussies et convaincantes de Housse de Racket, Kennedy et des adolescents d'Operator Please, que Foals s'apprêtent à monter sur scène face à avec un public compact et prêt à exploser à tout instant. Rarement la salle de la Maroquinerie aura semblée si remplie, si réactive et si concentrée face à un jeune groupe de musiciens accomplis dont certains titres semblent connus jusqu'au bout des doigts par certains membres de l'audience. La prestation débute ainsi par un XXXXXX sous forme de tour de chauffe, chacun des membres du groupe profitant de cette rapide mise en bouche pour prendre ses marques et ajuster son instrument.
L'explosion attendue est ainsi reportée sur The French Open, irrésistible, de la même manière que Cassius provoque les premiers mouvements de foule de la soirée au sein de la fosse. La machine est lancée à cet instant et ne s'arrêtera plus, menée avec minutie par le métronome Yannis Philippakis au chant et à la guitare.
A cet instant, il n'est plus question de pop, math-rock, musique électronique ou de punk, uniquement de créativité musicale, un domaine où Foals excelle sans le moindre temps mort. Récent single, Balloons jouit ainsi d'une forte cote de popularité, mais c'est finalement Heavy Water et son formidable final mêlant jam et puissance que la salle accueille à bras ouvert. L'absence de cuivre sur scène est anecdotique, et le final de la soirée n'est qu'une longue jouissance auditive, avec Two Steps, Twice et bien entendu le formidable Hummer, avant qu'un Mathletics hors-normes n'achève les quelques réfractaires. Revenu sur scène sous des applaudissements nourris, le groupe interprète alors Electric Bloom alors que Yannis Philippakis délaisse sa guitare pour prendre place devant des percussions. La réussite est immédiate, envoûtante, et l'impression finale laissée par cet exercice de style une fois encore grandiose.

Critiques, fans ou membres de l'industrie musicale pourront désormais s'accorder pour porter Foals vers les nues sans la moindre réticence.
setlist
    XXXXXX
    The French Open
    Cassius
    Olympic Airwaves
    Balloons
    Heavy Water
    Two Steps, Twice
    Hummer
    Red Socks Pugie
    Mathletics
    ---------
    Electric Bloom
photos du concert
    Du même artiste