logo SOV

Hadouken!

Paris, Maroquinerie - 18 mars 2010

Live-report par Fab

Bookmark and Share
Deux années se seront au final écoulées entre le premier concert en France de Hadouken! dans la salle du Showcase et le retour du quintette pour une courte tournée organisée dans le cadre de la soirée Inrocks Indie Club. Deux années marquées par l'extinction de l'éphémère mouvement nu rave et la sortie de deux albums rarement épargnés par la critique en dépit d'un certain engouement de la jeunesse britannique. Retour sur un concert durant lequel l'ambiance et l'engouement du public ont irrémédiablement pris le pas sur la prestation du groupe.

Placée sous le signe de l'électro rock sous toutes ses formes, la soirée s'ouvre ainsi avec les deux formations françaises de Control et Nasser. Si les premiers, menés par la charismatique et charmeuse Dakota Penny au chant, se révèlent vite trop bruyants et redondants pour réellement se faire remarquer, le trio marseillais confirme une nouvelle fois, sans briller de par son originalité, son aptitude à emporter l'approbation du public et à transformer la fosse en dancefloor. Une mise en condition appréciée par un public devenant plus réactif et bouillonnant au fil des minutes jusqu'à laisser éclater un début de rixe durant les dernières minutes du set.

A 22h, alors que les premiers signes d'impatience se font sentir dans une fosse dont les premiers rangs semblent plus compacts, la fumée envahit la scène alors que les lumières se éblouissent l'assemblée. Les cinq jeunes anglais prennent place et lancent dans la foulée leur set avec Rebirth. Immédiatement sans dessus dessous, l'ensemble de la fosse se déchaine alors que le son se veut plus assourdissant que jamais, une batterie surpuissante et un chant prédominant écrasant les autres instruments, guitare et clavier en tête, de tout leur poids. Parfois trop propres en studio, Hadouken! souffrent ce soir d'un tout autre mal : les compositions se révèlent brouillonnes tant les nuances sont gommées et noyées sous les effets, percussions et beats, et seules la puissance du son et une folle ambiance permettent au groupe de justifier sa réputation scénique.
La setlist du soir est toutefois à la hauteur des attentes, l'ensemble des singles publiés dans un passé plus ou moins proche étant enchaînés, depuis le Get Smashed Gate Crash des premières minutes au récent Turn The Lights Out pourtant entaché d'une coupure du son durant quelques minutes en passant par un rageur et entêtant That Boy That Girl ou M.A.D dont les paroles « you can bang the drum » seront scandées à plusieurs reprises par quelques individus proches de l'euphorie. Entrecoupée par deux incidents techniques, la fin de soirée est moins intense mais conclue par un excellent Lost alors que la fosse devient une dernière fois le théâtre de nombreux pogos et que des applaudissements nourris sont adressés à la formation.

Parfois criantes, souvent pénalisantes, les carences dont souffrent Hadouken! sur scène sont fort heureusement compensées par l'engagement de leur public et une ambiance survoltée. S'ils ne seront jamais la relève attendue de The Prodigy, ces cinq anglais devraient malgré tout rester les héros de la jeune génération pour quelques années encore.
setlist
    Rebirth
    Get Smashed Gate Crash
    Crank It Up
    M.A.D.
    Declaration Of War
    Liquid Lives
    Mic Check
    Ugly
    That Boy That Girl
    Turn The Lights Out
    Bombshock
    Lost
photos du concert
    Du même artiste