logo SOV

Martina Topley Bird

Paris, Café de la Danse - 14 décembre 2010

Live-report par Laurie

Bookmark and Share
L'électrisante Martina Topley Bird était de passage à Paris en début de semaine, au Café de la Danse. Un live intimiste et hypnotique à la hauteur de l'une des plus envoûtantes voix d'Angleterre.

Aux abords de la rue de la Roquette, iPod aux oreilles bloqué sur Sandpaper Kisses depuis trois stations de métro, on se pose une question. Qui sont les fans de Martina Topley Bird ? Existe-t-il un « Martina Code » ? Ont ils le look excentrique de leur idole ? Arborent-ils un style rockabilly façon Janelle Monae ou une explosion vestimentaire à la Ebony Bones ? Portent ils au contraire des mini perfecto en hommage aux influences rock de la grande dame ? A quelques mètres de la salle, force est de constater qu'il n'en est rien. Public sage et stylé, petits trentenaires discrets, bobos et auditeurs férus de Radio Nova (qui soutenait l'événement), les amateurs de Martina se font discrets. Qu'attendent ils, au bar surplombant la salle, mis à part un demi à 4 euros ? Un peu de Quixotic pour l'un, avec cette voix feutrée, des instrumentations aériennes et totalement planantes. Pour l'autre ce sera une revisite de ses titres phares, façon décalée, dépouillée, comme sur Some Place Simple, son dernier album.

 

SOV

 

Vers 21h, les lumières tamisées s'éteignent pour de bon. Elle arrive sur scène, comme une petite danseuse d'un ballet classico-trash chorégraphié par Lady Gaga et Ebony Bones. Paillettes autour des yeux, robe vaporeuse façon tutu, Martina se place sur le côté de la scène et joue au claviers les accords de Orchids. La salle écoute religieusement et attend le dernier écho de son souffle pour applaudir. En quatre minutes, la britannique transpose le Café de la Danse au cœur d'une sphère féerique. Après Lying, Martina s'avance enfin au centre de la scène. Armée d'un bâton de pluie, elle entonne le magnifique Sandpaper Kisses. Derrière elle on distingue son fidèle Ninja, un percussionniste burlesque, vêtu de noir dont on ne distingue que les yeux. Elle aurait pu être accompagnée de cinq musiciens, dix danseuses juchées sur des éléphants roses, de toute façon, on n'aurait vu qu'elle.
Martina Topley Bird possède un charisme de diva malgré sa discrétion et son humilité évidente. Ses mots susurrés, ses yeux a demi-fermés, le silence qui l'entoure parfois, sont aussi percutants et violents qu'une Peaches en rut. Classe, élégante, Martina impose le respect. Elle continue sa setlist dans les contrées enchantées de Quixotic, son premier album, avec Anything, une chanson pop poignante qui donne la chair de poule à de nombreuses personnes ce soir, à observer les yeux exorbités et la bouche à demi ouverte des premiers rangs.

 

SOV

 

Petit retour au clavier : « je vais vous chanter une vieille chanson ». Les premiers accords ne trompent pas, les Stranglers et leur Golden Brown sont de retour ce soir. Une très belle reprise qui fait dodeliner les têtes. Need One, puis Ylyah concluent la première partie du concert. Et oui, car Martina Topley Bird impose un entracte. Une très bonne occasion pour aller braver le froid pour une cigarette ou poursuivre un débat autour d'une bière. La suite arrive une quinzaine de minutes après avec Overcome, un hommage à son mentor, Tricky, avec cette chanson issu de son album Maxinquaye. Quelques intrépides encouragent le reste du public à se mettre debout. C'est chose faite !
Le concert prend des allures plus rock et déjantées avec une Martina qui commence à parler avec la foule, échanger quelques blagues. Le second opus est à l'honneur avec les excellents Carnies et Baby Blue, avec un Ninja de plus en plus fou qui utilise des baguettes géantes pour sa batterie. Le duo burlesque quitte un instant la scène. Sous les acclamations du public, Martina et son Ninja reviennent pour une reprise inattendue et en français : Marlène de Noir Désir. Un hommage salué par toute la salle. Enfin, la chanteuse prend la parole : « on a une surprise pour vous ». Soudain, elle et son Ninja lancent une dizaine de ballons gonflables géants, sortis des coulisses sur toute la salle. Un clin d'œil à Noël qui transforme la Café de la Danse en terrain de jeu ; les ballons-boules de Noël n'en finissant pas de rebondir sur scène , et parfois, sur Martina elle-même, pendant To Tuff to Die.

 

SOV

 

Un live exalté et passionnant !
setlist
    Orchids
    Lying
    Sandpaper Kisses
    Intro
    Dadada
    Phoenix
    Anything
    Golden Brown (The Stranglers cover)
    Snowman
    Need One
    Ylyah
    Overcome
    Kiss Kiss Kiss
    Valentine
    Amy Dreamers
    Black Steel
    Carnies
    Baby Blue
    Poison
    ---
    Marlene (Noir Désir cover)
    All Day
    Too Tuff To Die
photos du concert
    Du même artiste