logo SOV

Enter Shikari

Take To The Skies

Enter Shikari - Take To The Skies
Chronique Album
Date de sortie : 19.03.2007
Label : Ambush Reality/PIAS France
3
Rédigé par Jimprofit, le 22 mars 2007
Bookmark and Share
Après avoir traîné leurs guêtres dans quantité de salles de concert de la perfide Albion, sans toutefois vraiment les remplir, les Enter Shikari se retrouvent brutalement, en l’espace de quelques mois, propulsés sur le devant de la scène électro-métal. Etant donné que, durant trois bonnes années, égrenées d’autant de démos qui n’ont pas vraiment retenu l’attention, le groupe a tenté vainement de percer la voie du succès, la fulgurance de leur ascension ne peut que nous laisser perplexe : sommes-nous en présence d’un nouvel avatar de la mode britannique ou bien face à un véritable nouveau talent de la fourmilière rock ?

Take To The Skies, le premier opus du groupe nous paraît être l’occasion idéale pour vérifier si la formation peut tenir la distance sur le format de l’album, après les deux excellents premiers singles, Sorry You're Not A Winner et Anything Can Happen In The Next Half Hour. Signe très encourageant, la présence de dix-sept morceaux sur la galette, preuve que la formation, même s’il ne figure pas moins de quatre interludes, n’a pas composé celui-ci dans la précipitation d’un quart d’heure de gloire, mais qu’il est nanti d’une certaine expérience et qu’il a des idées à exprimer. Et l’instrumental très inspiré proposé en introduction, Stand Your Ground This Is Ancient Land confirme cette impression en développant ses accords hybrides à connotation gothique, à la fois issus du domaine électro-industriel et du domaine électrique.

Las, la litanie monotone des chansons suivantes, à l’exception des singles, nous fait vite déchanter. Ainsi, à l’écoute des pâles et sans réelle âme, Enter Shikari ou encore Labyrinth, lequel tente vainement de nous surprendre par un synthé tout droit hérité du rock progressif des néandertaliens Yes, on réalise que l’habile construction de l’album, le plan d’écoute en quelque sorte, avec les nombreuses pauses instrumentales, pas toutes de très bonne facture d’ailleurs, et la dispersion des titres intéressants, ne réussit à masquer les faiblesses et les approximations de l’album. Car, à l’image de No Sssweat ou de Johnny Sniper où on s’éloigne irrémédiablement des références musclées comme Horse The Band pour lorgner résolument du côté du heavy metal nordico-Van Halenien, estampillé années quatre-vingts, le stéréotype et la monotonie prennent le pas sur la créativité.

Si l’on ne peut toutefois parler de naufrage dans la mesure où l’on peut extraire une poignée de bonnes chansons de l’album, l’agressif Mothership et l’émocore Return To Energizer venant compléter Sorry You're Not A Winner et Anything Can Happen In The Next Half Hour, le manque de maturité du groupe saute d’autant plus aux yeux que celui-ci place la barre très haut avec la réalisation d’un premier album conceptuel, expérience musicale périlleuse d’ordinaire réservée aux musiciens expérimentés. Bref, si nous ne boudons tout de même pas notre plaisir, nous restons sur notre faim, étant loin d’être transportés jusqu’aux cieux.
tracklisting
    01. Stand Your Ground This Is Ancient Land
  • 02. Enter Shikari
  • 03. Mothership
  • 04. Anything Can Happen In The Next Half Hour
  • 05. Interlude 1
  • 07. No Sssweat
  • 08. Today Won't Go Down In History
  • 09. Interlude 2
  • 10. Return To Energizer
  • 11. Interlude 3
  • 12. Sorry You're Not A Winner
  • 13. Interlude 4
  • 14. Johnny Sniper
  • 16. Ok Time For Plan B
  • 17. Closing
titres conseillés
    Sorry You're Not A Winner-Anything Can Happen In The Next Half Hour-Mothership
notes des lecteurs
notes des rdacteurs
Du même artiste