logo SOV

Biffy Clyro

Puzzle

Biffy Clyro - Puzzle
Chronique Album
Date de sortie : 04.06.2007
Label : 14th Floor Records/Warner
4
Rédigé par David, le 3 juin 2007
Bookmark and Share
Enfin! Les fans de Biffy Clyro, sans aucune nouvelle du groupe près de deux ans et demi après la parution de leur album précédent, commençaient au mieux à s’impatienter et au pire a prendre peur. Heureusement, cette année 2007 marque le grand retour du trio écossais avec une signature sur une major et un quatrième effort, le bien nommé Puzzle, qui marque une évolution musicale certaine et un vrai tournant pour le groupe.

La grande force de Biffy Clyro a toujours résidé dans un gigantesque mélange de style et de riffs au sein d’un même morceau et le moins que l’on puisse dire c’est que l’exceptionnel morceau d’ouverture (Living Is A Problem Because Everything Dies) ne déroge pas à la règle établie. Longue intro martiale et désarçonnante, cœurs baroques, riffs tranchants et arrangements de cordes impériaux viennent directement nous rappeler pourquoi ce groupe est à part au sein de la scène britannique actuelle.
Mais là où le trio écossais déroulaient souvent cette formule de structures alambiquées et de breaks incessants à longueur d’album, la surprise s’avère totale puisque l’ensemble du disque nous propose par la suite des morceaux très courts et beaucoup plus simples qu’à leur habitude. On peut être un peu désarçonné voire profondément déçu à la découverte de chansons aussi "simplistes" que semi-mental par exemple mais, comme souvent quand on découvre un groupe s’engager dans une direction différente, il faut un certain temps avant d’apprivoiser ce Puzzle et conclure sans la moindre réserve que les membres de Biffy Clyro ont indéniablement fait le bon choix.

En effet, si la qualité intrinsèque de leur album précédent (Infinity Land) n’est absolument pas à remettre en cause, il faut avouer que l’accumulation de plans plus complexes les uns que les autres avait tendance à plomber son écoute intégrale et à friser parfois l’autoparodie. Ainsi, à l’heure du quatrième album, le choix était finalement simple pour eux: soit ils continuaient dans la même voix en compliquant toujours plus leur musique pour aboutir à de longs morceaux difficiles d’accès, soit ils décidaient de simplifier la plupart des mélodies tout en prenant bien garde de conserver leur identité, leur âme afin de nous proposer un assemblage cohérent capable à la fois de toucher un nouveau public sans céder aux sirènes étouffantes de chansons radiophoniques prédigérées.
Le pari était donc de taille et les écossais s’en sortent avec brio puisque le Puzzle proposé intègre à merveille toutes les forces spécifiques du trio dans un format plus accessible que par le passé: car oui, c’est également impensable qu’un groupe aussi talentueux n’arrive pas à se faire sa place dans l’océan de médiocrité maladive et paresseuse que nous propose un nombre insensé de groupes britanniques en 2007. Il n’y a plus maintenant qu’à espérer que les fans de Bloc Party ou de Franz Ferdinand se reconnaissent pleinement dans les très accrocheurs Now I’m Everyone ou A Whole Child et que la horde de supporters des Foo Fighters adhèrent aux délicats mi-tempos Folding Stars ou As Dust Dances.

Vous l’aurez compris, on se retrouve ainsi en face d’un album beaucoup plus passionnant qu’il n’y paraît à sa première écoute puisque l’assemblage de différents patchworks musicaux fonctionne à merveille et que les différentes pièces du Puzzle peuvent tout aussi bien fédérer les fans d’expérimentations (la très théâtrale 9/15ths et son arrangement magistral), de ballades racées (l’émouvante plage finale Machines), de surprises mélancoliques (les parties de piano 2/15ths et 4/15ths toutes deux "cachées" après un morceau du disque) ou de rock-songs frontales (Saturday Superhouse ou encore l’imparable Get Fucked Stud).
Mieux encore, quand l’épuration sonore s’avère la plus radicale, les morceaux obtenus deviennent d'une cohérence quasi-hypnotique et les deux petites merveilles mélodiques que sont Who’s Got A Match et surtout Love Has A Diameter sont des réussites totales dont on n’est pas prêt d’arrêter le fredonnement.

Au final, une page marquante vient de se tourner pour Biffy Clyro tant ce nouvel album s’avère dans la forme très différent de ce que les écossais nous avaient proposé par le passé mais aussi tant l’âme si particulière de ce groupe si attachant n’avait peut-être jamais été aussi bien retranscrite sur la longueur d’un disque entier, avec autant d’implication et de précision.
Alors oui, quelques fans de la première heure vont peut-être, à tord, quitter le train Biffy Clyro en marche sous prétexte que la gare d’arrivée ne les enchante guère et qu’ils préféraient mille fois les anciennes machines à vapeur aux modernes wagons climatisés de ce Puzzle… mais une fois à quai, ils ne pourront que regretter leur choix hâtif et constater avec mépris que cette locomotive embarque de plus en plus de monde.

Grand groupe, grand album, l’avenir leur appartient !
tracklisting
    01. Living Is A Problem Because Everything Dies
  • 02. Saturday Superhouse
  • 03. Who's Got A Match
  • 04. As Dust Dances - 2/15ths
  • 05. A Whole Child Ago
  • 06. The Conversation Is...
  • 07. Now I'm Everyone
  • 08. semi-Mental - 4/15ths
  • 09. Love Has A Diameter
  • 10. Get Fucked Stud
  • 11. Folding Stars
  • 12. 9/15ths
  • 13. Machines
titres conseillés
    Love Has A Diameter, Living Is A Problem..., Who’s Got A Match
notes des lecteurs
notes des rdacteurs
Du même artiste