logo SOV

Ash

Meltdown

Ash - Meltdown
Chronique Album
Date de sortie : 17.05.2004
Label : Infectious Records
2
Rédigé par Wilfried, le 17 mai 2004
Bookmark and Share
Nombreux d’entre nous, à l’adolescence lycéenne bercée au rythme kungfu-esque de 1977, espèrent encore en secret quelque chose de Ash, et ce, même si certains clament haut et fort, comme pour se couvrir, qu’ils n’en attendent plus rien. Le cinquième album des nord irlandais Meltdown - succédant au plus que très moyen Nu-clear Sounds et au surestimé Free All Angels (qui l’écoute encore ?) - vient alors s’inscrire dans ce contexte d’interrogation et de curiosité. D’autant plus que dernièrement Ash est venu se rappeler à notre bon souvenir en sortant un très bon best of, qui d’une part nous démontrait toute la qualité et le talent du groupe pour composer des pop-punks songs légères et bien ficelées, mais aussi que les irlandais étaient surtout un groupe à singles.

D’excellents singles à attendre alors ? Meltdown n’en regorge malheureusement pas vraiment. Il y a bien Evil Eye, véritable petit bijou made in Ash-land. Mais c’est tout. Et si cet album est loin d’être mauvais c’est encore un amas d’espérances envolées ou peut-être brûlées comme nous le montre l’hideux artwork. On aurait pu (et du) s’en douter avec le nauséabond Clones, aux accents nu métal américain, puis avec le très bancal Orpheus, en fait très représentatif de l’album.

Finalement pas vraiment de surprise, Meltdown n’est autre qu’une suite (un peu meilleure) à Free All Angels. Tim Wheeler avait annoncé sa volonté de faire un album plus rock, comme son groupe ne l’avait jamais fait auparavant. Premier coup de balais, avec la fin de la collaboration avec le très (trop ?) brit pop Owen Morris, la production étant cette fois assurée par Nick Raskulinecz (Foo Fighters, SOAD). Et si le changement se ressent, il n’est pas réellement convaincant, et nous sommes finalement bien loin d’une véritable révolution. Gros point négatif, l’album est surproduit, Ash en fait et rajoute des tonnes alors qu’ils disposent à la base de très bons refrains pop, mélodiques et entraînants. Les parties guitares sont souvent trop lourdes et pire même archi alimentées par de tellement affreux gros riffs qu’on les imagine déjà, barbus et chevelus, jouer dans des stades an short en jean. Et pourtant Ash gagnerait énormément à retrouver la simplicité de 1977 ou la spontanéité de Trailer.

Point positif tout de même, une seule ballade (l’éternel point faible de Ash qui virait souvent dans la niaiserie style Candy) sur cet album, Starcrossed, et même quelques bon titres comme le morceau d’ouverture Meltdown ou le génialissime Evil Eye.

Au final si Meltdown s’écoute et se fredonne facilement, il manque cruellement de profondeur. Ash a toujours su (bien) faire des titres entraînant mais cette fois en abuse. La majorité des titres sont taillés dans le même moule et se ressemblent trop. Cela se ressent trop et l’album meurt de sa redondance.

On retiendra quand même que Meltdown sort avec une version live, chose originale et particulièrement intéressante quand il s’agit de Ash, car autant leurs titres souffrent d’un manque de fraîcheur sur album, autant ils peuvent prendre toute leur ampleur sur scène. Un bonus finalement parfait pour masquer une nouvelle déception.
tracklisting
    01. Meltdown
  • 02. Orpheus
  • 03. Evil Eye
  • 04. Clones
  • 05. Starcrossed
  • 06. Out of the Blue
  • 07. Renegade Cavalcade
  • 08. Detonator
  • 09. On A Wave
  • 10. Won't Be Saved
  • 11. Vampire Love
titres conseillés
    Evil Eye
notes des lecteurs
notes des rdacteurs
Du même artiste