logo SOV

James Yuill

Movement In A Storm

James Yuill - Movement In A Storm
Chronique Album
Date de sortie : 21.06.2010
Label : Moshi Moshi
35
Rédigé par Aurélien, le 13 juillet 2010
Bookmark and Share
L’artiste anglais aux longues mèches blondes a choisi un début d’été caniculaire pour la sortie programmée de son deuxième album studio, Movement In A Storm. Lunettes épaisses sombres et sobriété vestimentaire, James Yuill n’a pas changé en apparence depuis deux ans, date à laquelle le public a pu découvrir l’allure un tantinet geek du jeune homme, ainsi que sa fameuse folktronica, à travers un premier effort sonore, Turning Down Water For Air.

Bien accueilli par la critique, l’univers particulier du jeune homme semblant vouloir porter presque jour et nuit chemise et cravate a su séduire dans l’intervalle un public d’amateurs et trouver le soutien d’un certain nombre de références notables du côté de la presse spécialisée, comme par exemple celui de la bible NME, accompagné d’un droit de jouer à leurs fameuses soirées sur plusieurs dates. Ainsi, riche d’un capital sympathie précieux et d’une certaine expérience scénique, désireux de ne pas modifier une formule musicale gagnante, le gus a opté pour la prise de risque minimum, revenant à nous quasiment à l’identique, cette fois-ci artistiquement parlant.

En effet, les dix titres de Movement In A Storm ne sont que le prolongement naturel de ses débuts, fait plaisant pour les adeptes de la première heure de la folk électronisée et particulière de James Yuill, mais frustrant pour les sceptiques qui auraient souhaité une évolution du genre en guise de renouveau musical. Vous l’avez bien compris, l’anglais continue pleinement sur sa lancée. Boîte à rythmes précise, claviers bourrés d’effets, boucles synthétiques, rien de dépaysant. La voix fragile de l’artiste se pose toujours en contrepoids de l’ensemble électronisé et l’anémie de guitares se fait de plus en plus sévère, étonnant pour un artiste semi estampillé folk, mais révélateur de son attirance grandissante pour ses platines au détriment de sa gratte, comme on a pu le constater dernièrement en concert.

Cependant, ne jetons pas la pierre sur cet alchimiste des temps modernes, car après tout, le grand blond propose indiscutablement des morceaux bien écrits, offrant à qui le veut un univers bien racé. C’est pourquoi, l’ensemble homogène proposé séduit, même si, on l’admet, il peut sembler répétitif pour certaines personnes rapidement blasées et logiquement avides de surprises. Focalisons-nous alors sur quelques-unes des chansons qui se démarquent du lot, en parlant du futurisme de My Fears, de la sensibilité épurée de Foreign Shore, ou encore du dynamisme de On Your Own, titre sur lequel la présence heureuse d’un chœur féminin, que l’on connaissait déjà à l’époque de No Surprise, se fait plus insistant. Cette même présence féminine est à l’image de l’album, donnant parfois aux sonorités de Movement In A Storm, de manière presque étonnante, un petit côté Tunng très appréciable et rafraîchissant.

Au final, pas de révolution pour James Yuill, mais uniquement la confirmation du talent d’écriture d’un esprit créatif et actuel, la maîtrise et l’audace du mélange des genres, ainsi que la sagesse de maintenir autant que possible une simplicité musicale, malgré tous les artifices électroniques déployés. Mais attention, l’équilibre est instable et il serait fort regrettable que la balance des genres tende finalement vers la froideur synthétique, au détriment de la chaleur bienvenue de guitares nécessaires pour donner vie à l’ensemble sur scène.
tracklisting
    01. Give You Away
  • 02. Crying For Hollywood
  • 03. First In Line
  • 04. Foreign Shore
  • 05. On Your Own
  • 06. Sing Me A Song
  • 07. My Fears
  • 08. My Fears Wild Goose At Night
  • 09. Ray Gun
  • 10. Taller Song
titres conseillés
    On Your Own, My Fears, Foreign Shore, Sing Me A Song
notes des lecteurs
notes des rdacteurs
Du même artiste