logo SOV

The Wave Pictures
James Yuill

Paris, Flèche d'Or - 9 janvier 2009

Live-report par Philippe

Bookmark and Share
Et hop ! Une AUTRE soirée Moshi Moshi !!
Et on n'est pas là pour s'en plaindre tant ce label nous a habitués de belles découvertes et de joyeuses passions.

Plus de Slow Club au programme cette fois-çi, Rebecca, la chanteuse, hospitalisée en début d'année, ne pouvant faire le déplacement.
Ne restait que l'autre moitié, Charles, prêt à en découdre et venir faire quelques covers de Hard-Fi (!) mais la demande se révélant insuffisante, c'est dans l'eau glacée que tout tomba.
Le public est venu nombreux pour revoir The Wave Pictures qui en sont à leur troisième passage à La Flèche d'Or en moins d'un an !
Ce soir, pas de Lisa Li Lund (petite soeur des Herman Düne) en guest vocaliste permanente mais des surprises néammoins... C'est donc un trio débonnaire et souriant qui se présente à nous. Après 7 albums dont le Instant Coffe Baby qui doit enfin sotir en France et un huitième déja prêt, ce sont presque des vétérans malgré leur jeune âge ! Discutant avec le public et faisant allusion à John Fogerty suite à une remarque vestimentaire du batteur envers le chanteur (les fameuses chemises à carreaux de bûcheron), les voilà partis dans une reprise de Creedence Clearwater Revival vu que tout le monde est d'accord !
Et même s'ils sont de Londres, on les croirait venus tout droit de New-York ! Et puis ces solos de guitare (quelquefois interminables) à la Television enfoncent le clou ! Ca joue et ça joue bien. Et ça fait même péter le son pendant Kiss Me !!! C'est le noir total, les plombs ont sauté et mis à part My Bloody Valentine au Zénith, personne n'avait récemment accompli pareille affaire. Le temps de se consulter, le groupe est à deux doigts de partir dans un pur acoustique quand tout revient au bout d'une minute. Le morceau est repris où on l'avait laissé et la vague continue à s'imager, fragile mais sûre d'elle. Elle finira par s'échouer avec deux morceaux de bravoure. Tout d'abord, le Strange Fruit For David qui verra Howard Hughes des très doués Coming Soon prendre les lead vocals avec fougue et enthousiasme. Et ensuite le I Love You Like A Madman qui prouve, une fois de plus le talent de ce groupe n'est vraiment plus à démontrer.

James Yuill en est lui aussi à son troisième passage en moins d'un an !
Il y eut Le Baron au printemps mais on ne l'appris qu'après... Et puis Le Social Club pour les soirées gratuites Antisocial du mercredi. Un brillant concert débuté à 0h50 devant 15 personnes dont 5 fans...
Ce vendredi, si les fans se sont multipliés par 3 (notamment grâce à un titre en rotation sur Radio Nova), le public est là en masse, ce qui ne déplait pas d'une semelle à notre ami James. Si son premier single fût la première sortie du splendide label Chess Club, il a poursuivi sa route chez Moshi Moshi avec notamment son premier album, Turning Down Water for Air. Le voici donc tout seul aidé de ses machines, de son odinateur et de sa guitare acoustique. Il débarque avec un morceau surprenant, espèce de collage hybride et de work in progress qui doit autant à New Order qu'à Daft Punk ou Aphew Twin. Mais caché chez James Yuill, il y a aussi un Nick Drake qui sommeille.
Si No Pins Allowed est donc particulièrement enlevé, She Said In Jest reste dans un calme serein avec une enveloppe à la AR Kane ! S'ensuit ses deux meilleurs morceaux Over The Hills et The Ghost; une mélancolie fracassante, une beauté fulgurante et une grâce absolue. Et pour finir, deux des trois singles This Sweet Love et No Surprise, histoire de prouver que question songwriting, James Yuill n'est pas en reste et demeure maître expert en comptines electro-folk de haute volée.
Il est content et le public le lui rend bien malgré le pré-clubbing du vendredi soir peu propice aux découvertes et à une écoute studieuse.

Même si après des débuts fulgurants, il ne se passe plus beaucoup trop de choses chez Moshi Moshi, il y a James Yuill, The Wave Pictures et Slow Club et c'est déja beaucoup et assez pour nous ravir !
setlist
    THE WAVE PICTURES
    01. We Cried
    02. Tiny Craters In The Sand
    03. Just Like A Drummer
    04. Sinister Purpose
    05. If You Leave It Alone
    06. Kiss Me
    07. Strange Fruit For David
    08. I Love You Like A Madman

    JAMES YUILL
    01. -Random Thing-
    02. No Pins Allowed
    03. She Said In Jest
    04. Over The Hills
    05. The Ghost
    06. This Sweet Love
    07. No Surprise
photos du concert
    Du même artiste