logo SOV

Damon Albarn

Dr Dee

Damon Albarn - Dr Dee
Chronique Album
Date de sortie : 07.05.2012
Label : Parlophone
4
Rédigé par François Freundlich, le 9 mai 2012
Bookmark and Share
Bien loin de ses nombreux projets au sein de Blur, Gorillaz ou The Good, The Bad & The Queen, l’un des meilleurs compositeurs de la musique pop s’autorise une escapade en solo plutôt éloignée de ce quel ’on peut entendre de lui habituellement. Il s’agit de son deuxième opéra, divaguant entre musique baroque et ballades pop, consacré à un personnage particulier de l’Angleterre de la Renaissance Élisabéthaine : John Dee.

Le Dr Dee est un personnage mystique, un génie de son temps : mathématicien, philosophe et astrologue mais aussi alchimiste, ayant vécu à une période ou la frontière entre magie et science était peu reconnue. Fasciné par la fin du 16ème siècle, Damon Albarn décide d’écrire ces dix-huit pièces sur l’histoire de John Dee. Cet homme important dans l’histoire britannique a aidé Elisabeth I à former son Empire tout en essayant de communiquer avec les anges.
Cet opéra prend donc la forme d’un concept album où chant lyrique et musique baroque côtoient la musique actuelle dont Damon est l’une des voix les plus reconnues. Il parvient à faire intervenir un passé lointain dans notre temps, les réunissant au même instant, confèrant à l’ensemble une certaine intemporalité. Out Of Time, morceau de Blur, pourrait caractériser la beauté des Apple Carts, The Marvelous Dream ou The Dancing King composées par ce magicien des temps modernes.

On est pourtant bien loin de la pop sur l’introduction où des bruits de nature sont subitement interrompus par des cordes et vents maléfiques et angoissants ainsi que par un orgue apocalyptique. Ce disque commencerait presque par la fin du monde, donnant l’impression d’une Toccata et Fugue de Jean-Sébastien Bach. Heureusement, la chaude voix de Damon Albarn est là pour nous rassurer sur Apple Carts, première douce ballade acoustique de Dr Dee. Il s’inspire du mysticisme de Stonehenge, prolongeant une discrète guitare par un orgue mélancolique et quelques flûtes anciennes. La référence textuelle à Blackbird laisse entrapercevoir quelques influences survolant toujours le londonien. L’orgue est souvent mis en avant, donnant un sentiment d’oppression tournoyante comme sur Oh Spirit Animate Us. Il s’agit d’un morceau emprunt de spiritualité au souffle d’un Amazing Grace baroque. Le texte « Father, give your spirit » renforce le sentiment de se trouver dans une église, même si la voix est plus libérée que jamais. Elle se fait beaucoup plus appuyée qu’à l’habitude, prononçant les mots de manière accentuée sur chaque syllabe.
L’opéra prend son envol lorsque le chant lyrique d’une cantatrice fait son apparition. The Moon Exalted résonne comme la complainte d’une femme au désespoir sur un clavecin de musique de chambre. On quitte cette fois complètement la pop, en allant presque jusqu’à imaginer Damon en 16th century boy, Roméo implorant Juliette.

D’autres voix apparaissent également sur les autres titres, comme l’organe grave et menaçant du baryton sur A Man Of England : le méchant de l’histoire. Une voix de fausset au petit coté Monthy Python mais couvrant plusieurs octaves est également présente, notamment sur Edward Kelly, titre dédié à cet alchimiste qui voulait changer le cuivre en or. Des extraits de vieux films sont intégrés aux morceaux afin de les emmener encore plus dans l’époque contemporaine. The Marvelous Dream ramène Damon à la simplicité et à l’universel, dans la perfection de sa simple voix accompagnée d’une lointaine guitare et de quelques clappements. On alterne les passages d’une certaine folie et de moments plus calme sur la fin du disque. Des sursauts apocalyptiques reprennent le dessus alors qu’une chorale sonne le glas de Dr Dee. La somptueuse The Dancing King conclue l’opéra. Damon fredonne un texte onirique accompagné d’un violoncelle intense et virevoltant avant que la nature ne reprenne ses droits.

Avec ce Dr Dee, Damon Albarn signe encore une fois un album magistral. Ce touche-à-tout donne l’impression de tout transformer en or, tel Dr Damon l’alchimiste. Il nous conte ici une histoire mystique et méconnue en fusionnant plusieurs époques du passé. Serait-ce pour se ressourcer dans cette glorieuse Histoire de l'Angleterre, avant d’en écrire une autre en jouant avec Blur lors des prochains Jeux Olympiques de Londres ?
tracklisting
    01. The Golden Dawn
  • 02. Apple Carts
  • 03. O Spirit, Animate Us
  • 04. The Moon Exalted
  • 05. A Man Of England
  • 06. Saturn
  • 07. Coronation
  • 08. The Marvelous Dream
  • 09. A Prayer
  • 10. Edward Kelley
  • 11. Preparation
  • 12. 9 Point Star
  • 13. Temptation Comes In The Afternoon
  • 14. Watching The Fire That Waltzed Away
  • 15. Moon (Interlude)
  • 16. Cathedrals
  • 17. Tree of Beauty
  • 18. The Dancing King
titres conseillés
    Apple Carts, The Marvelous Dream, The Dancing King
notes des lecteurs
notes des rdacteurs
Du même artiste