logo SOV

Gaz Coombes

Here Come The Bombs

Gaz Coombes - Here Come The Bombs
Chronique Album
Date de sortie : 21.05.2012
Label : Hot Fruit Records/EMI
35
Rédigé par Julien Soullière, le 15 mai 2012
Bookmark and Share
Here Come The Bombs dégage décidément bien des saveurs. De celles qui témoignent d’un attachement sans bornes à la musique rock, une évidence puisque c’est de Gareth Michael Coombes qu’il s’agit ici, ou qui résultent du plaisir, visiblement immense, éprouvé par le leader de feu-Supergrass à l’heure de charpenter son premier effort solo. Mais de cette collection de titres émane aussi le doux fumet de l’indépendance : Gaz le taulard est aujourd’hui hors les murs, et si sa liberté ne durera peut-être pas éternellement, il n’a eu cette fois-ci de comptes à rendre à aucun de ses principaux codétenus (Goffey, Quinn, son frère Robert), pas plus qu’il n’a eu à se plier, une fois encore, à l’exercice impitoyable de la reprise (The Hot Rats).

Épaulé par celui qui fut jadis le producteur de I Should Coco (Sam Williams), première pierre apportée à l’édifice Supergrass, Gaz Coombes n’a donc écouté que lui pour écrire ce Here Come The Bombs. En conséquence de quoi, les morceaux qui le composent sonnent comme autant de reflets d’une seule et même personnalité, celle d’un homme qui se connait et se maîtrise : si Gaz Coombes a su marquer la distance avec ce que Supergrass a livré au monde par le passé, jamais, sur cet opus, il ne se sera aventuré trop longtemps au sein de territoires dont il ne connait pas les contours véritables. Here Come The Bombs constitue, ainsi, et dans son ensemble, une réelle déclinaison autour de la musique rock; portés par un sens mélodique à toute épreuve, les morceaux charpentés par le britannique oscillent entre le rock à tendance psychédélique (Universal Cinema), la ballade dans la plus pure tradition brit-pop (White Noise), la composition bipolaire (Sub Divider), et le brûlot à vous faire hurler un palais omnisports (Break The Silence).

Ainsi, c’est lorsque Coombes redevient artiste avant d'être Gaz, et qu'il cède à la perfide tentation de tenter, qu’il se montre peut-être moins convaincant. Rien n’était moins sûr, car le titre d‘ouverture se veut des plus encourageants, venant même nous prendre, ô joie, à contre-pied : couvert de beats et de samples, Bombs rêvasse, nous apaise, nous caresse, et c’est dire si on l’aurait plutôt imaginé, par habitude sans doute, comme venant parachever l’aventure qu'il introduit. Plus loin, et dans un autre registre, c’est un Fanfare tout en saturations électroniques qui nous est proposé; une composition honnête, mais dénudée, d'un bout à l'autre, du sens mélodique qui anime pourtant l'ami Coombes. Tel un mauvais dramaturge, qui a ceci de particulier qu’il est incapable de conclure dignement les récits qu'il pose sur papier, notre anglais va même jusqu’à rater sa sortie, délivrant coup sur coup l’inutile et le dispensable (aka l'interlude musical Daydream On A Street Corner , et le mollasson Sleeping Giant, deux titres sans vie aucune).

Porté par Hot Fruits, single aussi carré que génial, Here Come The Bombs apparaît donc comme une petite réussite. Varié, charnu, mélodique, il nous replonge dans cette époque désormais révolue, les 90's, sans même nous faire passer pour de vieux cons. Faire sonner le old school de manière si contemporaine, c'est quand même la classe.
tracklisting
    01. Bombs
  • 02. Hot Fruit
  • 03. Whore
  • 04. Sub Divider
  • 05. Universal Cinema
  • 06. Simulator
  • 07. White Noise
  • 08. Fanfare
  • 09. Break The Silence
  • 10. Daydream On A Street Corner
  • 11. Sleeping Giant
titres conseillés
    Hot Fruits, Simulator
notes des lecteurs
notes des rdacteurs
Du même artiste