logo SOV

Keane

Strangeland

Keane - Strangeland
Chronique Album
Date de sortie : 07.05.2012
Label : Island Records
2
Rédigé par Dorian, le 18 mai 2012
Bookmark and Share
On ne présente plus Keane, neveux de Coldplay de la bonne époque, leurs tubes planétaires issus de leur premier album Hopes & Fears et leur lent déclin depuis, aussi bien sur le plan artistique que sur le plan commercial. Si le groupe a pendant un moment entretenu l'espoir d'une relève pop rock anglaise de qualité, mélodies et idées à l'appui, cette époque semble aujourd'hui totalement révolue face à un cinquième album qui ne laisse malheureusement plus beaucoup de place à l’espérance.

Pourtant, tout avait bien débuté pour les quatre Anglais avec deux albums honorables, et puis plus rien, ou presque. S'en suivit un troisième et quatrième disques plus qu'anecdotiques, qui n'annonçaient déjà rien de bon. Une prédiction qui se vérifie aujourd'hui à l'écoute de ce Strangeland, assemblage de titres sans réelle saveur.
Alors qu'on peut lire ici ou là que ce nouvel album est celui d'un renouveau créatif, je me pose la question de ma surdité. En effet, rien de bien révolutionnaire ne vient bouleverser ce que propose historiquement le combo, contrairement à leur dernier effort en date, Night Train. On navigue ici en terrain conquis avec de petites chansons pop rock gentillettes, quelques tentatives électroniques maladroites, le tout sans vraies prises de risque.

C'est beau et très propre comme à leur habitude, mais le décollage se fait attendre. Rien n'accroche instantanément l'oreille comme le fait encore un Somewhere Only We Know. Tom Chaplin fait ce qu'il peut pour embarquer l'auditeur, il crie, braille, s'essaye même aux « lalalala » plaintifs, mais rien n'y fait. On peut alors s’inquiéter sur le fait que de bonnes idées, lui et surtout son compère Tim Rice-Oxley, n'en aient plus depuis un petit moment.
Malgré tout, quelques morceaux surnagent sporadiquement, tel l'efficace single Silenced By The Night ou le très bien orchestré Starting Line. Cependant, le manque global d'inspiration se fait lourdement sentir sur la longueur. En ce sens, Day Will Come essaye de feindre la fulgurance d'un Editors période The Back Room mais de manière totalement vaine. Alors, quand on apprend que le groupe aurait écrit plus de cent chansons pour un résultat si anecdotique, on ne peut plus appeler ça tirer sur l'ambulance.

Avec ce Strangeland, on assiste médusé au syndrome de la coquille vide, un groupe qui peine concrètement à se renouveler et manque cruellement d'idées. A l'instar d'un groupe comme Athlete, cette situation fait peine à voir tant le groupe semble épanoui à l'idée préserver dans cette voie glissante. Comme le laissait présager le titre de leur premier album, après l'espoir vient la peur. On ne saurait trop leur conseiller de vite revenir vers la première catégorie, si possible.
tracklisting
    01. You Are Young
  • 02. Silenced By The Night
  • 03. Disconnected
  • 04. Watch How You Go
  • 05. Sovereign Light Cafe
  • 06. On The Road
  • 07. The Starting Line
  • 08. Black Rain
  • 09. Neon River
  • 10. Day Will Come
  • 11. In Your Own Time
  • 12. Sea Fog
titres conseillés
    Silenced By The Night, Starting Line
notes des lecteurs
Du même artiste