logo SOV

Hot Chip

In Our Heads

Hot Chip - In Our Heads
Chronique Album
Date de sortie : 11.06.2012
Label : Domino Records
35
Rédigé par Julien Soullière, le 6 juin 2012
Bookmark and Share
The 2 Bears, New Build, Bang & Olufsen... des aventures extraconjugales aux fragrances agréables, mais dont le sel n’aura pas eu raison de la roche hotchipienne : voilà donc ce qu’auront été les différents side-projects menés par Alexis Taylor, Joe Goddard et autres Al Doyle depuis leurs premiers faits d’armes communs, et ce que sont sûrement condamnés à être tous ceux qui suivront. Car rien n’y fait, c’est bel et bien la date de retour sur Terre de Hot Chip qui occupe toutes nos pensées dès lors qu’il est question d’excentricités pop, les membres du groupe n’étant jamais autant à leur place que lorsqu’ils pilotent un seul et même vaisseau. Heureux nous sommes : deux ans après One Life Stand, voilà donc que leur étrange machine se pose à nouveau sur le tarmac de notre Belle Bleue. Tout juste avant l’été, le timing ne pouvait être meilleur.

Comme auparavant, mais à la fois différemment. Désuète autant que contemporaine. Plurielle, et pourtant, inébranlable dans son unité. Festive, mais porteuse d’un amour ô combien langoureux. Ce sont là quelques manières, imparfaites bien sûr, de définir la musique qui s’échappe des albums de Hot Chip. Bon élève, In Our Heads s’abstient de faire entorse à la règle. Pour autant, le groupe est loin de faire du sur-place, et continue son petit bonhomme de chemin vers le côté pop de la Force, troquant toujours un peu plus le biscornu pour l’universel. Absence d’évolution radicale entre One Life Stand et In Our Heads oblige, celles et ceux qui ont aimé le premier aimeront assez logiquement le second.

Une fois n’est pas coutume, donc, Hot Chip brassent les influences, les pétrissent, les tripatouillent, les malaxent, avec pour seul objectif celui de se faire plaisir. Mais les cartes ne sont jamais brouillées pour autant : les anglais restent eux-mêmes, et leurs bidouillages leur ressemblent tant et si bien qu’il parait difficile, à moins de se trouver dans le déni, de ne pas reconnaître leur signature passées les premières notes de Motion Sickness, et ce avant même qu’Alexis Taylor ne pousse la chansonnette. Patchwork de tout, ou presque, In Our Heads n’a finalement peur de pas grand chose, et s’il sait s’aventurer en terres R&B (durant le surprenant Look At Where We Are, au mid-tempo autant chaloupé que douillet), il aime aussi à puiser dans ce que le disco, le funk, et la dance ont amené de meilleur. Du Hot Chip pur jus.
Toujours au point d’équilibre, écartelés entre l’aspect kitsch, vintage, de leur musique, et la production maousse dont leurs titres bénéficient, Hot Chip se montrent toutefois plus convaincants lorsque les spots crachent des torrents de lumière (How Do You Do, Motion Sickness, Night And Day), que lorsque ces derniers sont invités à se sacrifier sur l’hôtel des romantiques (Now There Is Nothing, trop ridicule pour être honnête). Oui, Hot Chip ne parlent jamais mieux d’amour que lorsque leur musique fait danser. Le cordonnier mal chaussé, tout ça. Du Hot Chip pur jus, bis repetita.

Au bout du compte, rien de surprenant à signaler ici. Rien de honteux non plus. In Our Heads, c'est un cadeau fait à celles et ceux qui aiment Hot Chip, et se rassurent dans les choses qui ne changent pas. Les autres discerneront là l'odeur de la paresse : notre groupe de branleurs fait le job, mais pourrait sûrement faire plus encore !
tracklisting
    1. Motion Sickness
  • 2. How Do You Do
  • 3. Don't Deny Your Heart
  • 4. Look At Where We Are
  • 5. These Chains
  • 6. Night And Day
  • 7. Flutes
  • 8. Now There Is Nothing
  • 9. Ends Of The Earth
  • 10. Let Me Be Him
  • 11. Always Been Your Love
titres conseillés
    Motion Sickness, Flutes
notes des lecteurs
notes des rdacteurs
Du même artiste