logo SOV

Ghostpoet

Some Say I So I Say Light

Ghostpoet - Some Say I So I Say Light
Chronique Album
Date de sortie : 06.05.2013
Label : [PIAS] Recordings
4
Rédigé par Dorian, le 5 mai 2013
Bookmark and Share
Rêve de gosse ou pas, le parcours de ce grand gaillard d'Obaro Ejimiwe peut faire des envieux. Extirpé du monde des assurances par l’inénarrable Gilles Peterson il y a trois ans, celui qui a désormais muté en un poète fantôme n'a rien perdu au change. Par contre, en terme de gestion du risque, il reste un mec très mesuré.

Ne vous attendez pas à un quelconque revirement de cuti à l'écoute de ce Some Say I So I Say Light, second album du beatmaker anglais. Sa musique poursuit dans le sillon expérimental et garde cette touche synthétique survolée par une voix lancinante qui proclame, énumère ou murmure. Cold Win mais surtout Them Waters lancent ainsi les débats dans la bonne direction. C'est vers une musique qui imprègne les corps et qui remplie l'espace que l'on se dirige, bien entouré de basses tremblantes. Mais c'est l'apport des guests féminines au chant, et notamment de Woodpecker Woodiams, qui fait une partie importante de la plus-value de ce disque. Judicieux choix quand on observe la totale symbiose qui s'opère entre sa voix suave et les textures proposées par l'anglais.

De petites histoires en anecdotes troubles, on se meut dans ce labyrinthe de fausses pistes sans réellement penser au terminus. Référence non dissimulée au clip du torturé Meltdown, l'univers de Ghostpoet n'impose rien et laisse libre-court à toute forme d'interprétation. On est alors sans cesse tenter de digresser intérieurement sur notre vie, nos rencontres, nos erreurs ou nos envies. Telle est la pertinence de sa musique, à savoir marquer les esprits sans les vider de leur sens, à interroger sans forcer à la réponse. Ne serait-ce pas ça un disque réussi ?

Le cap du second album et autant de mauvais penchants journalistiques plus tard, Ghostpoet trace sa route et nous le fait entendre. Il nous laisse même un goût acidulé en fin d'écoute sur Comatose, note d'espoir dans une œuvre brumeuse et poétique. Enfin, quand on dit espoir, on ne s'en fait pas trop pour l'avenir du bonhomme.
tracklisting
    01. Cold Win
  • 02. Them Waters
  • 03. Dial Tones
  • 04. Plastic Bag Brain
  • 05. Thymethymethyme
  • 06. Meltdown
  • 07. Sloth Trot
  • 08. Dorsal Morsel
  • 09. MSI Musmid
  • 10. 12 Deaf
  • 11. Comatose
titres conseillés
    Cold Win, Them Waters, Meltdown
notes des lecteurs
Du même artiste