logo SOV
Young Fathers - Dead
Chronique Album
Date de sortie : 03.02.2014
Label : Big Dada/Anticon
45
Rédigé par Kris, le 2 février 2014
Bookmark and Share
Il était difficile d'être passé à côté du phénomène écossais Young Fathers l'année passée, avec les sorties de deux EPs flamboyants, Tape One et Tape Two, aux énergies polarisantes et à la vivacité ludique et incroyablement contemporaine. Il y a du Fela Kuti rock, et du TV On The Radio soul. Il y a du Wu envoûté, et du Why? sombre. Originaires d’Edimbourg et signés chez les défricheurs insatiables d’Anticon, les Young Fathers sortent leur premier album sous leur nouveau label qui leur sied à merveille. Si la presse a eu vite fait de les qualifier de rap lo-fi, il y a pourtant dans cette appellation une dimension primordiale qui ne transparaît définitivement pas : une foi et une âme. Car chaque chanson de Dead respire la vie, et laisse entrevoir une vision quasi-shamanique que nous inspire Young Fathers.

Alors que le diptyque Tape One et Tape Two nous avait laissé quelques superbes singles à l’effet et à l’attrait immédiat (Sister, I Heard), ce Dead, l’une des premières grosses sorties de 2014, se veut plus homogène et d’autant plus ambitieux. Laissant de côté les hauts rythmes et certains motifs parfois plus légers, les Écossais ont décidé de plonger désormais dans les abysses, non là où l'obscurité prédomine, mais bien là où la moindre lueur éclairera de pleins feux.
Le tempo est ainsi plus marqué, presque martial, les flows sont denses et survolant souvent à peine le bruit et le grain ambient. Il y a surtout chez Young Fathers ce sens dingue de l’équilibre leur permettant de dézinguer leurs propres rythmiques, leurs propres instrumentaux, le temps d’un bridge tout empreint de chaos ; puis de retomber sur leurs beats, comme si de rien n’était. Tout est prétexte à l’expérimentation, et tout terrain de jeu est véritable. Que ce soit les lignes de basses, les samples, les choeurs, les lyrics. Rien n’est laissé immaculé.

Surtout, Young Fathers parviennent à dresser un pont entre rap et rock, avec une pureté rarement atteinte. N*E*R*D, les précurseurs des années 2000, puisaient les énergies de chaque genre, ou encore la constellation tournant autour de El-P et Dej Jux, y cherchaient leurs limites et leurs points de rupture. Dans cette lignée transgenre, Young Fathers s’attèlent plus à brouiller les frontières, et user des clefs de référence de chacune : les rythmes du rock sur lesquels s’apposent la métronomie du rap, la rigidité intrinsèque des flows s’énamourant des couches fuzzy des productions rocailleuses. En signant chez Anticon, les jeunes Écossais viennent ainsi se fondre dans un univers où les spectres de 13&God ou cLOUDDEAD auront définitivement eu leurs influences.

La force de Dead réside cependant dans cette capacité formidable qu’ont les Young Fathers à s’élever, et illuminer leurs alentours. Les plus beaux titres de l’album seront d’ailleurs ceux où chaque élément le composant semblent naturellement cohabiter, alors que les ruptures ne devraient plus permettre de liant. LOW et ses envolées krautrock. La formidable WAR et son ambiance anxiogène, ponctuée par ses choeurs magiques, et son synthé final libératoire. Young Fathers sous leurs allures de puissance tranquille, de productions à l’écoute lisse, et aux choeurs captivants, sont une force subversive sans pareil et au potentiel affolant. Sensation sans pareil dans le rap alternatif - voire rap tout court - les Young Fathers ont les clefs pour façonner un hip-hop hybride dont ils demeureront les plus illustres figures de proue.
tracklisting
    01. No Way
  • 02. LOW
  • 03. Just Another Bullet
  • 04. WAR
  • 05. Get Up
  • 06. DIP
  • 07. Paying
  • 08. Mmmh Mmmh
  • 09. Hangman
  • 10. Am I Not Your Boy
  • 11. I've Arrived
titres conseillés
    WAR, LOW, Hangman
notes des lecteurs
Du même artiste