logo SOV

Jungle

Jungle

Jungle - Jungle
Chronique Album
Date de sortie : 14.07.2014
Label : XL Recordings
35
Rédigé par Julien Soullière, le 8 juillet 2014
Bookmark and Share
Il parait que seuls les idiots ne changent pas d'avis. Peut-être, peut-être pas. Ce dont je suis sûr, en revanche, c'est que la vie aime à mettre sur notre chemin des petits bouts d'imprévus qui viennent joyeusement ébranler nos certitudes les plus tenaces, relever une mayonnaise qu'une quelconque puissance supérieure jugeait en toute vraisemblance trop fade. Et parfois, béat face à l'inéluctable, on bascule lourdement de l'autre côté, la salive encore fumante au coin des lèvres.

Il y a pour moi un avant et un après Jungle. Avant, jamais je n'aurais cru pouvoir apprécier des voix lead aussi fluettes, des doigts qui claquent aussi omniprésents, des accents funky d'une couleur aussi vive, et je me dis que, décidément, l'Angleterre regorge d'une foultitude d'intéressants énergumènes. Pour la faire simple, disons que Jungle font dans le blockbuster musical, mais attention, pas question pour eux de viser autre chose que le haut du panier, pas question de faire du Emmerich plutôt que du Spielberg. Imparables et faussement naïfs, leurs sons font état d'un groove infernal, sollicitent autant nos têtes et nos cœurs que nos jambes du samedi soir, et si l'on s'en délecte tant au premier degré, c'est parce que l'on sait à quel point ils sont riches de mille détails.

Véritable atome de plaisir immédiat, Jungle a pour noyau un duo de blancs-becs biberonnés aux galettes des Red Hot Chili Peppers, Jehst, et autres Braintax, et dont les voix haut perchés hantent la majeure partie de ce premier disque, exception faite de l'instrumentale Smoking Pixels, que l'on pourrait décrire comme le titre phare d'un western au fort goût de cartoon. A la croisée de l'électronique, de la musique disco mais également afro-américaine, le funk en première ligne, les compositions de ce collectif dont on sait finalement bien peu de choses font facilement mouche, et je n'ai pour ainsi dire pas assez d'une seule main pour compter tous les potentiels tubes recensés ici (Julia, Time, Busy Earnin'...).
Sans complexe, la musique de Jungle prend possession de tout l'espace disponible dans nos petites têtes bien faites, et au bout de quelques minutes, il devient difficile de penser à autre chose qu'à ces lignes de guitares délicieusement chaloupées, à ces chœurs qui sonnent comme un gospel des jours heureux, à ces rythmiques toujours sur la brèche, et qui, souvent, sentent autant le bitume brûlant (ah, cette fameuse jungle urbaine) que le sable fin.

Revigorant comme un grand coup de brumisateur un jour de canicule, le premier disque de Jungle devrait sans surprise s'imposer comme l'un des must-have indie de cet été (qu'il ne passera peut-être pas, mais ça, l'avenir le dira). On le rappelle cependant: tout ceci reste extrêmement sucré, et cette avalanche de bonne humeur ne plaira pas à tout le monde. Tant pis.
tracklisting
    01. The Heat
  • 02. Accelerate
  • 03. Busy Earnin'
  • 04. Platoon
  • 05. Drops
  • 06. Time
  • 07. Smoking Pixels
  • 08. Julia
  • 09. Crumbler
  • 10. Son Of A Gun
  • 11. Lucky I Got What I Want
  • 12. Lemonade Lake
titres conseillés
    Platoon - Time - Lucky I Got What I Want
notes des lecteurs
notes des rdacteurs
Du même artiste