logo SOV

Johnny Marr

Playland

Johnny Marr - Playland
Chronique Album
Date de sortie : 06.10.2014
Label : Warner Music
35
Rédigé par Emmanuel Stranadica, le 5 octobre 2014
Bookmark and Share
On ne l'attendait pas de sitôt. Toutefois, un an et demi après la sortie de The Messenger, son premier album solo, Johnny Marr nous revient avec Playland, son nouvel opus. Son premier effort nous avait un tant soit peu déçu, principalement parce que le mancunien en avait fait un peu trop, notamment car il débordait d'idées à mettre en œuvre sur son disque, mais aussi probablement parce que le guitariste de The Smiths avait un peu peur de voir son album passer inaperçu, alors qu'il s'était énormément investi dans celui-ci. Il remporta pourtant le succès qu'on lui connait, notamment grâce à une grande tournée mondiale.

Il était donc important pour l'anglais de passer rapidement au second chapitre d'une présumée trilogie, évoquée par lui-même un jour dans une interview. Le moins que l'on puisse dire, c'est que Playland ne constitue pas, en soi, une totale révolution même si Johnny Marr maitrise son sujet du début à la fin des quarante-deux minutes que dure son disque. Les mélodies naviguent entre post-punk (Playland, Boys Get Straight) et mélodies pop (This Tension, Candidate) dont il a le secret. On sent toutefois l'artiste beaucoup plus serein, beaucoup moins dans l'urgence qu'au moment de The Messenger, où l'enjeu était de taille car il fallait réussir à se relancer dans une véritable carrière solo. A l'issue d'un inévitable stress rapidement gommé par un succès scénique plus que mérité, le natif de Manchester confirme avec Playland que son comeback est effectivement lancé et que toute supputation quand à une reformation de The Smiths relève du pur fantasme.

Certes, une fois encore, tout n'est pas parfait. Mais la progression, notamment vocale, d'un des plus grands guitaristes en activité est plus que significative. A titre d'exemple, sur Dynamo, il s'autorise à moduler son timbre et cela avec brio. Quand on sait qu'il a collaboré à ses débuts dans l'ombre d'un chanteur pour le moins capricieux et intransigeant, on ne peut qu'être admiratif par le chemin parcouru par celui-ci en si peu de temps. Sur This Tension, il se permet même un monologue final que nous n'aurions jamais pu espérer sur The Messenger.
L'album s'avère parfois un peu trop musclé, même si l'impeccable Back In The Box dépote brillamment en ouverture de l'album. On souhaiterait que Johnny Marr nous fournisse davantage d'arpèges sur ses compositions, un peu comme sur The Trap où sa patte est reconnaissable entre mille, et qu'il laisse davantage au placard ses chansons un peu heavy. Easy Money, premier single extrait de l'album, constitue quant à lui un tube funky nullement déplaisant et suffisamment catchy pour rencontrer un succès médiatique somme toute mérité.

Johnny Marr remporte donc son pari en sortant un second album sans chichis mais avec pas mal de classe, sans pour autant en faire des tonnes. On imagine parfaitement les compositions jouées sur scène en novembre prochain au Trabendo, auxquelles viendront assurément se mêler quelques pépites du passé. Il restera alors au génial guitariste, devenu chanteur, à pondre le chapitre final de ces trois volumes solo, avant d'inévitablement repartir vers d'autres aventures musicales qu'on souhaite à jamais éloignées de son inséparable ex-acolyte.
tracklisting
    01. Back In The Box
  • 02. Easy Money
  • 03. Dynamo
  • 04. Candidate
  • 05. 25 Hours
  • 06. The Trap
  • 07. Playland
  • 08. Speak Out Reach Out
  • 09. Boys Get Straight
  • 10. This Tension
  • 11. Little King
titres conseillés
    This Tension - Back In The Box - Dynamo
notes des lecteurs
Du même artiste