Chronique album : The Voyeurs - Rhubarb Rhubarb - Sound Of Violence
logo SOV

The Voyeurs

Rhubarb Rhubarb

The Voyeurs - Rhubarb Rhubarb
Chronique Album
Date de sortie : 10.11.2014
Label : Heavenly Recordings
35
Rédigé par Xavier Ridel, le 3 novembre 2014
Bookmark and Share
Il y a une raison assez simple pour expliquer le fait que The Voyeurs restent des outsiders chez Heavenly Records, temple du psychédélisme moderne. Charlie Boyer n'a ni le charisme de James Bagshaw, ni la beauté vénéneuse de Tom Dougall (se tartiner les yeux de mascara et porter des cols roulés noirs ne suffit pas). Leur premier album Clarietta faisait preuve d'un certain talent de songwriting malgré un attrait pour la simplicité, ce qui, quand on y réfléchit, n'est pas forcément un mal.

Le nom de leur nouvel opus, Rhubarb Rhubarb, nous est d'abord apparu totalement idiot, avant qu'une simple recherche sur Google ne nous renseigne : l'expression est en réalité utilisée en télévision pour désigner le mur de voix qui créant un brouhaha en arrière-plan. Le but du quintet est donc simple : faire entendre les murmures de ceux que personne n'écoute. Une jolie intention, et un titre finalement bien choisi, même si nous aurions aimé que l'artwork suive également et sois un peu plus soigné, ne serait-ce que pour la version vinyle de l'album.
Et puis, année 2014 au compteur, nos oreilles commencent à être fatiguées de tous ces clones du psychédélisme 60's. On ne compte plus les groupes qui se plongent tête la première dans les guitares distordues, les orgues furibonds et les voix délayées. A la réception du nouvel LP des anglais, une question nous tracasse donc. Si certains ont bien compris la nécessité de se moderniser et d‘embrasser le changement à pleines dents, qu'en est-il donc des Voyeurs ?

Nos craintes sont confirmées dès les premières mesures de Train To Minsk. La chanson est certes plaisante à entendre, les ingrédients psychédéliques sont tous présents dans le morceau, mais il manque un petit quelque chose. Les spectres des Black Angels et des compilations Nuggets hantent ce titre, et on devine assez aisément qu'il en sera de même pour le reste de l'album. Et effectivement, les titres s'enchainent et, si la production assurée par Oli Bayton diffère de celle d'Edwyn Collins, le rendu final reste tout de même très proche de celle de Clarietta. La patte du musicien officiant sous le nom de Boxed In est néanmoins palpable, le son étant beaucoup moins brut que sur le premier album des Voyeurs. Celui-ci avait d'ailleurs, à la différence du second, été enregistré en live.

Outre la production, les mélodies restent très présentes et les notes ne cessent de danser à l'intérieur du crâne de l'auditeur, comme en témoigne Rhubarb Rhubarb, dont le refrain risque fortement de ne pas nous lâcher avant un bon moment. Des rythmiques endiablées jonchent également l'album, les guitares se répondant l'une et l'autre avant de s'enflammer à l'unisson, par exemple sur le titre Say You Love Him (And Choke) qui se termine d'ailleurs sur un très joli bordel. Le single England Sings Rhubarb Rhubarb se taille également une belle part dans le reste de l'album avec son changement de tempo, ses demi-caisses gavées de fuzz et son piano en introduction qui n'est pas sans rappeler I Don't Like Mondays des Boomtown Rats. La chanson de six minutes French Fancy clôture l'album des Voyeurs de jolie manière, permettant aux deux guitaristes de se faire plaisir et de faire parler la poudre, alternant moments de léthargie et secousses distordues.

Ainsi, The Voyeurs confirment avec leur deuxième opus un talent que le monde du psychédélisme n'hésitait déjà pas à leur reconnaitre. Le but des quatre musiciens n'est certainement pas d'innover et c'est là un des seuls reproches que nous puissions leur faire, tant leur capacité à écrire de bonnes chansons n'est plus à prouver. Il apparait d'ores et déjà (sauf souhaitable erreur de notre part) que Rhubarb Rhubarb ne restera pas dans les annales du rock'n roll, mais le groupe anglais a fait son job et nous offre un album très plaisant malgré un flagrant manque d'originalité.
tracklisting
    01. Train To Minsk
  • 02. Pete The Pugilist
  • 03. Stunners
  • 04. The Smiling Loon
  • 05. Say You Love Him (and choke)
  • 06. England Sings Rhubarb Rhubarb
  • 07. Rhubarb Rhubarb
  • 08. Damp Walls
  • 09. May Will You Stop
  • 10. French Fancy
titres conseillés
    England Sings Rhubarb Rhubarb - The Smiling Loon - Say You Love Him (And Choke)
notes des lecteurs
Du même artiste