logo SOV

Baxter Dury

Prince Of Tears

Baxter Dury - Prince Of Tears
Chronique Album
Date de sortie : 27.10.2017
Label : [PIAS] Le Label
4
Rédigé par Olivier Kalousdian, le 22 octobre 2017
Bookmark and Share
Baxter bat de l'aile. Baxter est salement touché au coeur et le fait savoir. Comme d'autres artistes avant lui (et après lui) il met en texte sa bile et met en musique son mal-être pour mieux exorciser ce blues de dix tonnes qui l'assaille.

Loin de servir des états d'âme tiédasses au diner pour argumenter un nouvel album et un chagrin de star en plus, Baxter Dury joue l'introspection du mâle et, comme à son habitude, les métaphores viriles pour distiller via dix petits titres, un venin plus toxique que jamais. A celle qui est partie et qui se reconnaitra donc, voici Prince Of Tears, un album dégoulinant d'acide.
Dix titres excessifs faits d'un parcours hautement imaginé où notre héros esseulé va se forger un moral d'acier et une assurance tout risque pour balancer, à de nouvelles conquêtes hautement imaginaires, tout le bien qu'il pense de la gente féminine (et des mecs paumés), à ce moment présent.

Sentimentalement délaissé, Baxter est une fois de plus bien épaulé pour mener à bien ce projet. Il a invité Jason Williamson du groupe Sleaford Mods sur Almond Milk et Rose Elinor Dougall sur Porcelain. Quant aux dix titres du disque, ils ont été co-produits par Ash Workman (Metronomy, Christine & The Queens).
Avant même l'écoute du premier titre de Prince Of Tears, l'artwork du disque donne le ton. On y voit Baxter Dury lutter en costume de livrée maritale blanc pour remonter une dune de sable qui se dérobe sous ses pieds... Miami, qui ouvre le bal, est à lui seul un condensé de tout ce que Baxter Dury fait le mieux et de ce qui hante son cœur. Arrogant, bourreau des cœurs corrupteur et misogyne à la fois, Baxter Dury affiche avec classe son mépris de petite frappe qui se prend pour un grand gangster dans ce texte corrosif épaulé par une sombre coloration musicale où les cordes nous plongent dans octaves ténébreuses... Du grand Baxter Dury, déjà remixé en mode deep électro disco par le non moins grand, Jarvis Cocker.

Madelaine Hart, dont c'est le grand retour auprès de Baxter Dury, assure parfaitement les backing vocals de l'album pendant que la très belle Rose Elinor Dougall (que l'on a entendue avec Mark Ronson) contribue à la terrible dépression qui sévit au dessus du jardin sur le très sombre titre Porcelain. Baxter Dury a toujours très bien su s'entourer...
Il faut attendre le titre Listen et plus encore Almond Milk pour retrouver le phrasé plus lumineux (tout est relatif) du Baxter Dury de It's A Pleasure et ses ritournelles mélodiques de fêtes foraines, simplistes, joyeuses et toujours hypnotisantes.
Avec un seul couplet et une seule phrase pour tout texte, l'urgent Letter Bomb s'écoule comme un coup de pied au cul et répand le souffle d'une grenade à blanc qui pourrait être la réponse désopilante et sarcastique au romantico-désuet Love Letter des Metronomy.

Concluant et conclusif, le titre Prince Of Tears fermant la marche d'un tracklisting qu'on aurait aimé bien plus long referme, peut-être définitivement, la complainte corrosive fictionnelle, même si ancrée dans sa chair blessée d'un Baxter Dury qui transmute le plomb en or et fait de la neurasthénie un art majeur.
tracklisting
    01. Miami
  • 02. Porcelain
  • 03. Mungo
  • 04. Listen
  • 05. Almond Milk
  • 06. Letter Bomb
  • 07. Oi
  • 08. August
  • 09. Wanna
  • 10. Prince Of Tears
titres conseillés
    Miami ; Porcelain ; Prince Of Tears ; Letter Bomb
notes des lecteurs
notes des rdacteurs
Du même artiste