logo SOV
Bill Ryder-Jones - Yawn
Chronique Album
Date de sortie : 02.11.2018
Label : Domino Records
5
Rédigé par Cassandre Gouillaud, le 3 novembre 2018
Bookmark and Share
Les nouvelles sorties de Bill Ryder-Jones sont toujours, à l'image de son œuvre, des évènements intimes, partagés en toute confidence entre ceux que ces guitares lancinantes et cette voix rauque ne manquent pas de charmer. Trois ans ont déjà passé depuis la sortie du très réussi West Kirby County Primary, des années durant lesquelles l'artiste a produit plusieurs albums, et notamment le premier effort remarqué du trio Our Girl. L'heure des retrouvailles est maintenant arrivée avec Yawn, qui est immanquablement marqué par ces expériences annexes, et qui, subtilement, amène la musique de Bill Ryder-Jones à tutoyer des sommets nouveaux.

Une nouvelle fois, la moue rieuse et enfantine qui orne la pochette de ce nouvel album ne saurait tromper grand monde. Yawn est loin d'être plein de joie innocente, et s'il touche parfois à des souvenirs d'enfance, c'est pour mieux être marqué par cette nostalgie inconsolable et incurable qui est l'essence même de l'œuvre de l'artiste. Mither, écrite au sujet de sa mère, unit des réminiscences à la fois familiales et musicales, portées par des guitares qui ont quelque chose de Sonic Youth et qui déploient leur intensité tout au long des six minutes que durent la chanson. Sur cet album, chaque morceau tutoie les cinq minutes, et semble durer, se démultiplier, se renouveler, sans jamais s'éterniser ou laisser planer l'ennui. Les compositions aux accents folk qui ont su par le passé faire la force de l'artiste, comme There's Something On Your Mind, trouvent, elles aussi, une force nouvelle dans des guitares plus aventureuses et des développements plus riches. Bill Ryder-Jones manipule avec une habilité nouvelle la progression harmonique des titres, créant ainsi une atmosphère particulièrement prenante et déchirante.

Il arrive souvent que le talent soit dans les détails, et Yawn ne déroge pas à la règle. Les qualités de parolier de l'anglais n'étaient plus à prouver, mais se manifestent une nouvelle fois dans le jeu de mots habile de And Then There's You (« my mistrust, my mistress, takes me home again / my mistress, my mistrust, we're alone again ») ou dans le clin d'œil sarcastique de There's Something On Your Mind (« there's a fortune to be had, from telling people that you're sad »).

De même, les compositions brutes et dépouillées qui peuplaient West Kirby County Primary ont laissé place à une réflexion minutieuse autour de l'instrumentation et des arrangements qui habillent discrètement la plupart des morceaux. Le violoncelle de Rob Skip, collaborateur essentiel de Ryder-Jones sur cet album, apparaît ainsi à l'occasion de plusieurs morceaux. De même, les sections de cordes et les envolées claires des guitares confèrent à Don't Be Scared, I Love You ce caractère sublime, qui touche le cœur et l'âme, et vient faire écho à une mélancolie qui est cette fois la nôtre. Tout en parlant de lui-même, Ryder-Jones parvient à créer une œuvre qui sait résonner en chacun – une qualité rare, si précieuse à la fois.

Yawn s'achève dans un rêve semi-éveillé, où résonnent tout juste la grâce des harmonies vocales vaporeuses de No One's Trying To Kill You, soutenues par des guitares claires qui évoquent la shoegaze hors du temps de Slowdive. À l'instant où les dernières notes de Happy Song s'achèvent, il est évident que Bill Ryder-Jones vient de livrer, simplement, sa plus belle et sa plus puissante œuvre en date. Et déjà, l'envie revient de s'y perdre quelques fois de plus, pour faire durer ce moment, juste un peu plus longtemps.
tracklisting
    01. There's Something on Your Mind
  • 02. Time Will Be the Only Saviour
  • 03. Recover
  • 04. Mither
  • 05. And Then There's You
  • 06. There Are Worse Things I Could Do
  • 07. Don't Be Scared, I Love You
  • 08. John
  • 09. No One's Trying to Kill You
  • 10. Happy Song
titres conseillés
    Mither, Don't Be Scared, I Love You, No One's Trying To Kill You
notes des lecteurs
Du même artiste