logo SOV

Young Knives

Voices Of Animals & Men

Young Knives - Voices Of Animals & Men
Chronique Album
Date de sortie : 21.08.2006
Label : Warner Music
4
Rédigé par David, le 23 septembre 2006
Bookmark and Share
Un peu plus d’un an après la sortie de leur réjouissant E.P. précédent, le trio d’Oxford The Young Knives revient faire parler de lui avec cette fois un premier véritable album de quatorze titres Voices Of Animals And Men, un peu longuet mais terriblement attachant, qui devrait contenter voire surprendre bon nombre de fans d’indie-rock britannique en général.

Depuis l’enregistrement de leur dernier E.P. dans les studios d’Andy Gill lui-même, on savait les Young Knives fervents admirateurs des Gang Of Four et donc de tout les groupes qui en ont découlé de Franz Ferdinand aux Rakes en passant par Art Brut. En effet, toute personne, connaissant et aimant un peu le style, ne peut que se sentir en terrain connu à la découverte auditive des chansons courtes et excentriques de ce premier album.
Impossible donc de ne pas penser à une quantité impressionnante d’autres groupes du genre à l’écoute de l’intro prétentieuse mais réussie de Decision, du phrasé saccadé d’Henry Dartnall sur l’entêtante Dialing Darling ou encore de la mignonne mais vaine ballade Another Hollow Line.
En plus, les Young Knives ont également amené avec eux un terrible single de fin d’été absolument imparable de simplicité et d’efficacité, en l’occurrence Weekends & Bleak Days (Hot Summer).

Mais là où l’on pense tenir encore un autre vulgaire clone de toute une génération de jeunes groupes indies britanniques qui s’évertuent tous à reproduire des schémas connus et rabâchés, on découvre peu à peu (à l’instar des excellents Futureheads) chez les Young Knives une surprenante volonté de sortir des sentiers battus et de tenter d’imposé un coté « décalé » dans leur univers musical au final beaucoup plus passionnant qu’il n’en a l’air.
Ainsi, la noirceur de Coastguard en impose, tout comme la splendide ballade Tailors qui surprend par son calme limpide et intemporel. Ailleurs, on est aussi bien enchanté par les perles pop proposées (la très Razorlight In The Pink ou encore l’imparable Mystic Energy avec un son proche des Strokes d’Is This It ?) que par les brusques changements de direction (la coupure brutale de Part Timer, très Clash dans l’esprit) ou les refrains surprenants de furie (la splendide Here Comes The Rumour Mill).
Même si quelques morceaux dispensables (dont l’inutile Half Timer) auraient très bien pu être laissés de coté, l’écoute de la seule She’s Attracted To et de ses paroles incendiaires ("Who are these people? They are too stupid to be your real parents!".) suffit à compenser les quelques défauts de ce premier disque tout à fait remarquable.

Malgré des apparences trompeuses d’"nième groupe du genre", la découverte complète et appliquée de ce Voices Of Animals And Men tend donc à installer les Young Knives comme l’un des groupes indie-rock britanniques les plus intéressant de son époque. Ainsi, écoute après écoute, le potentiel certain de ce trio d’Oxford s’affiche indéniablement, en espérant que la suite de leurs aventures soit tout aussi réjouissante…
tracklisting
    01. Part Timer
  • 02. Decision
  • 03. Weekends & Bleak Days (Hot Summer)
  • 04. In The Pink
  • 05. Mystic Energy
  • 06. Here Comes The Rumour Mill
  • 07. Tailors
  • 08. Half Timer
  • 09. She’s Attracted To
  • 10. Dialing Darling
  • 11. Another Hollow Line
  • 12. Coastguard
  • 13. Loughborough Suicide
  • 14. Tremblings Of Trails
titres conseillés
    Mystic Energy, Weekends & Bleak Days (Hot Summer), Coastguard, Tailors, Here Comes The Rumour Mill
notes des lecteurs
notes des rdacteurs
Du même artiste