logo SOV
Jarvis Cocker - Jarvis
Chronique Album
Date de sortie : 13.11.2006
Label : Rough Trade / PIAS France
35
Rédigé par Jean-Christophe Gé, le 24 novembre 2006
Bookmark and Share
Sur la pochette, c'est Jarvis tout court, pas Jarvis Cocker l'ex chanteur de Pulp. Non, ce Jarvis-ci est anglais, a 43 ans, réside à Paris avec femme et enfants. Jarvis Cocker, lui a disparu depuis 10 ans, il avait émigré trop longtemps à Londres alors que son cœur n’avait jamais complètement quitté Sheffield, même après avoir tardivement connu le succès avec son groupe.

Entre Jarvis et Jarvis Cocker il y a eu les DJ-sets bobo parisiens, un groupe electro-clash-bizarre, Relaxed Muscle, et puis les enfants. Ces expériences changent un homme. Pourtant l'album de Jarvis, ressemble beaucoup à la suite de Pulp. La voix est caractéristique, on ne peut guère le lui reprocher. Seulement l'instrumentation est aussi quasi identique : guitares, basse, batterie, orgue, il manque juste le violon de Russel qui donnait un air déchirant à certaines chansons de Pulp. A l'heure ou ressortent leurs derniers albums agrémentés de faces B et d'inédits, il est difficile de distinguer ces 13 nouvelles chansons des essais acoustiques de la période This is Hardcore ou du dernier album We love Life.

Ces similitudes poussent à la comparaison et ce nouvel album la supporte mal. Afin donc d'éviter de dévaluer un album qui n'est pas si mauvais, arrêtons à partir d'ici toute référence à Pulp. Pulp, Pulp, Pulp, Pulp, Pulp, Pulp, voilà, c'est fait, passons au présent.

Jarvis est un album très écrit : les mélodies et les arrangements sont recherchés sans être pédants. Titre emblématique de ce style simple et recherché à la fois, Heavy weather est une ballade intemporelle et transgénérationnelle typiquement anglaise. Nous pourrions la retrouver en BO d'un 4 mariages et un enterrement - 20 ans après si ce genre de projet venait à sortir un jour. C'est nettement mieux que Wet Wet Wet.

Dans un registre nostalgique et profond, avec un timbre de voix caractéristique, on pense aussi à un autre mythe expatrié de sa gracieuse Majesté : David Bowie. Une reprise en duo par les deux artistes de I Will Kill Again ferait un happening parfait pour une quelconque cérémonie d'Award. Il y a aussi le sur-puissant Fat Children, plus innovant dans le répertoire de Jarvis Cocker, mais qui semble avoir malheureusement utilisé toute la réserve d’énergie du chanteur. Ces perles sont mélangées à des titres plus moux dont les titres ne dépaillerait pas sur un album de boys band : Baby's Coming Back To Me, Black Magic ou Big Julie... mais peut être est-ce du second degré ? Quoiqu'il en soit, tout cela plombe au final un peu l'album.
tracklisting
    1. Loss Adjuster (excerpt Pt.1)
  • 2. Don’t Let Him Waste Your Time
  • 3. Black Magic
  • 4. Heavy Weather
  • 5. I Will Kill Again
  • 6. Baby’s Coming Back To Me
  • 7. Fat Children
  • 8. From A To I
  • 9. Disney Time
  • 10. Tonite
  • 11. Big Julie
  • 12. Loss Adjuster (excerpt Pt.2)
  • 13. Quantum Theory
titres conseillés
    Heavy Weather - I Will Kill Again - Fat Children
notes des lecteurs
notes des rdacteurs
Du même artiste