logo SOV

Foals

Paris, Point Éphémère - 15 février 2013

Live-report par Fab

[phpBB Debug] PHP Warning: in file /home/soundofviolence/public_html/inc/fonctions.php on line 749: simplexml_load_file(): php_network_getaddresses: getaddrinfo failed: Temporary failure in name resolution
[phpBB Debug] PHP Warning: in file /home/soundofviolence/public_html/inc/fonctions.php on line 749: simplexml_load_file(http://api.bit.ly/v3/shorten?login=glouf&apiKey=R_3b0811f7566228217810b0c9a6ad914b&uri=https://www.soundofviolence.net/articles/live/1359/foals_paris_point_ph_m_re.html&format=xml): failed to open stream: php_network_getaddresses: getaddrinfo failed: Temporary failure in name resolution
[phpBB Debug] PHP Warning: in file /home/soundofviolence/public_html/inc/fonctions.php on line 749: simplexml_load_file(): I/O warning : failed to load external entity "http://api.bit.ly/v3/shorten?login=glouf&apiKey=R_3b0811f7566228217810b0c9a6ad914b&uri=https://www.soundofviolence.net/articles/live/1359/foals_paris_point_ph_m_re.html&format=xml"
Bookmark and Share
Placés au centre de l'actualité ces dernières semaines à l'occasion de la sortie de leur troisième album studio Holy Fire, et alors que leur prochaine tournée européenne les mènera notamment jusqu'à la mythique salle de l'Olympia le mois prochain, Foals offraient cette semaine à leur public parisien un galop d'essai privé au Point Ephémère pour quelques trois cent cinquante heureux élus de concours organisés par divers partenaires de l'événement, des Inrocks à OÜI FM. Une possible dernière chance de découvrir le quintet d'Oxford dans une ambiance intimiste, ce dernier étant d'ores et déjà promis au très impersonnel Zénith en fin d'année 2013.

Concert promotionnel oblige, l'absence d'une première partie s'accompagne d'une longue attente à la suite de l'ouverture des portes sur le coup de 20h. Le public prend son mal en patience, la salle ne se remplissant que lentement, faisant craindre un temps une fosse peu compacte à l'heure de voir le groupe lancer sa prestation. Il n'en est rien au final, mais ce même public va malgré tout constituer l'un des points de noir de la soirée : peu réactif, voire passif durant la majeure partie du set, il ne poussera à aucun moment le groupe à se surpasser et nous offrir un concert mémorable que le lieu semblait à même de pouvoir accueillir compte tenu de la réputation de Foals et de sa popularité actuelle.

SOV

Yannis Philippakis et ses quatre comparses ne vont toutefois pas avoir à rougir de leur prestation, certes inférieure à la démonstration réalisée à la Maroquinerie en décembre dernier, sous forme de répétition en vue des importantes échéances les attendant. Avec une acoustique optimale et un chant à l'évidence de plus en plus maîtrisé par le lutin barbu, les cinq anglais récitent ce soir leur leçon avec une application certaine. L'instrumental Prelude, ouverture du récent Holy Fire, monte progressivement en puissance, telle une rampe de lancement pour un Total Life Forever à l'introduction remaniée. Modérément enjoués, à l'image de leur chanteur souffrant notamment d'une jambe, Foals introduisent tout au long du set nombre de leurs nouvelles compositions aux côtés des principaux titres extraits de leur discographie. Si Hummer, Cassius ou le très attendu Late Night, délaissé à la dernière seconde, brillent ce soir encore par leur absence, le set proposé ne présente pas le moindre temps mort. Plus électrique que dans sa version studio, My Number semble d'ores et déjà avoir convaincu les sceptiques et reçoit un accueil chaleureux ce soir.

Le salut du groupe va ce soir passer par les efforts de Yannis Philippakis pour éveiller le public. Après un Providence sauvage mais encore peu apprivoisé par les fans, l'arrivée de Balloons et ses rythmes math-rock s'accompagne d'un sursaut de la fosse dans laquelle le chanteur, guitare en main, s'enfonce sans crier gare après avoir descendu les quelques marches menant à la scène.

SOV

Le retour au calme suivant la fin de la chanson s'accompagne de bruits de vagues annonciateur de Spanish Sahara : lente introduction dépouillée, chant fragile et progressive mise en place des instruments nous offrent ainsi le titre fort du set, alors que l'excitation monte à nouveau d'un cran lorsque Yannis, encore lui, installe son pied de microphone au milieu du public durant Red Socks Pugie, un pied de microphone qu'il fracassera quelques minutes plus tard contre le mur de la salle dans un accès de rage.
Plus réactive à cet instant, la salle attend alors un éventuel rappel, accordé de bon coeur par le groupe. Accompagnés par quelques boucles pré-enregistrées, Yannis Philippakis et Jimmy Smith, au piano pour l'occasion, offrent ainsi une interprétation minimalisme mais pénétrante de Moon avant de faire parler à nouveau les guitares sur le très attendu Inhaler, déclencheur des premiers pogos de la soirée, ainsi que l'imparable Two Steps, Twice, détonateur d'une fin de set des plus jouissives.

Scolaires et appliqués à défaut d'afficher une réelle envie de satisfaire un public distant, Foals ont malgré tout lancé de belle manière leur Holy Fire en France. A n'en pas douter, 2013 sera leur année.
setlist
    Prelude
    Total Life Forever
    Olympic Airways
    My Number
    Miami
    Blue Blood
    Providence
    Balloons
    Spanish Sahara
    Red Socks Pugie
    ---
    Moon
    Inhaler
    Two Steps, Twice
photos du concert
    Du même artiste