logo SOV

Fontaines D.C.

Paris, Maison de la Radio - 7 octobre 2020

Live-report par Laetitia Mavrel

Bookmark and Share
Sept mois. Voilà le temps écoulé depuis la dernière prestation live à laquelle votre humble serviteur a assisté. C'est donc dans un mélange d'euphorie et aussi un peu d'appréhension que s'est déroulé ce concert de Fontaines D.C., qui en lui-même apparaissait comme une oasis dans ce désert aride que nous traversons péniblement depuis mars.

L'Irlande n'étant à ce jour pas impactée par des restrictions de voyage vers la France, les cinq dublinois ont pu renouer avec une promotion en bonne et due forme pour la sortie de A Hero's Death, paru le 31 juillet dernier. Leur retour en France étant maintenant prévu le 1er avril 2021, les quelques centaines de spectateurs tous espacés d'un siège et masqués du Studio 104 ont donc bénéficié d'une belle petite exclusivité.

Nous ayant offert durant le confinement général et l'été plusieurs performances en mode distancé et quelques séances live pour la BBC ou autres radios, Fontaines D.C. se sont souciés de rester présents pour leurs fans. Mais c'est à l'occasion du concert organisé par France Inter que nous avons pu découvrir une partie des nouveaux titres et ainsi juger de l'évolution du groupe qui n'a eu de cesse de tourner depuis le printemps 2019 et la sortie du premier opus Dogrel.
Un concert de cinquante-cinq minutes, très cadré et sans aucun débordement, les Fontaines D.C. n'étant de toute façon jamais pris de folie furieuse sur scène. Néanmoins, nous retrouvons la puissance de chacun des titres, et l'on sent un réel plaisir chez tous les membres dans leur interprétation, ce malgré la réserve imposée au public par les conditions d'accueil.

Les premiers morceaux du set, I Don't Belong et Televised Mind, sont les pépites qui ouvrent également le second album. Les mouvements de têtes et les dandinements sur les sièges vont ainsi de pair avec les guitares furieuses et saccadées, ainsi que le jeu de batterie entêtant.
La moitié de la setlist est réservée aux nouvelles chansons, et nous avons donc le plaisir d'y retrouver Oh Such A Spring, première ballade du groupe qui nous prouve qu'il peut aisément changer de registre sans aucune fausse note. Grian Chatten, comme à son habitude, fera les cent pas, triturera mécaniquement ses doigts quand il ne s'en prend pas à son pantalon, et laissera se perdre son regard dans le public. Bien que privé des sourires et des chants des spectateurs, il semble avoir décelé dans les regards la joie d'assister à cette prestation un peu providentielle.

Les meilleurs titres de Dogrel sont également présents, ainsi les afficionados de la première heure auront pu exulter sur Boys In The Better Land, Sha Sha Sha et Big.
C'est tout de même dans un silence quasi religieux mais complètement hypnotisé par leur prestation que le public du 104 a retrouvé goût au live. Fontaines D.C. ont su partager leur bonheur d'être de retour sur une véritable scène, et sans s'appesantir de discours faussement naïf dans de telles circonstances, ils se sont contentés d'envoyer la sauce et ce de façon parfaitement maîtrisée.

L'attente sera longue et semée de doutes au vu de l'évolution imprédictible de la crise sanitaire mais une chose est sûre, c'est que la passion du live, masquée ou non, ne s'éteindra pas, bien au contraire.
setlist
    I Don't Belong
    Televised Mind
    Chequeless Reckless
    Sha Sha Sha
    A Hero's Death
    Hurricane Laughter
    Big
    You Said
    Oh Such A Spring
    A Lucid Dream
    Too Real
    Boys In The Better Land
    I Was Not Born
Du même artiste