logo SOV

Young Knives

Paris, Maroquinerie - 20 décembre 2007

Live-report par Fab

Bookmark and Share
Perturbée par les grèves des transports parisiens lors de ses deux dernières éditions, la soirée mensuelle Inrocks Indie Club a su achever l'année sur une bonne note avec des prestations remarquées de Jeffrey Lewis et The Young Knives, et ce en dépit de la défection regrettable de Late Of The Pier, les jeunes anglais ayant pris la décision de consacrer une poignée de jours supplémentaires à l'enregistrement de leur prochain single.

L'ouverture de la soirée est toutefois confié au trio français Poney Poney, semble-t-il déjà soutenu par un un petit nombre de courageux fidèles. La musique du combo, bien que peu originale et organisée autour de la formule guitare / basse / batterie, est ainsi accompagnée d'un chant dans un anglais approximatif. Malgré quelques imperfections, un désagréable sentiment de répétitivité et la relative discrétion de deux des membres du groupe, guitariste/vocaliste excepté, le public apprécie un peu plus, minute après minute, le talent mélodique plutôt convaincant d'un groupe d'avenir.

Rien de comparable malgré tout avec la surprise de la soirée, le pétillant et attachant Jeffrey Lewis. Accompagné pour l'occasion de ses trois musiciens, l'américain aux influences toutes aussi diverses que variées enchaîne durant près de quarante cinq minutes de nombreux titres de qualités, complexes et développés, parfois très personnels mais le plus souvent très additicfs et mis en valeur par un phrasé inimitable et probablement inoubliable. Grand moment de cette prestation saluée par des applaudissements nourris et enthousiastes, une courte composition accompagnée d'une projection visuelle d'une bande dessinée narrant l'histoire d'un dentiste voleur et de sa victime et future meurtrière. Une confirmation, si le doute était encore permis, de la maîtrise du style anti-folk par cet artiste accompli.

Si la salle se vide d'une partie de son public après cette prestation éclatante, un noyau dur conséquent subsiste pour accueillir avec entrain les Young Knives à l'occasion de leur première venue à Paris, quelques mois seulement avant la sortie de leur second album promis, à juste titre, à un beau succès commercial. Oliver Askew opère en toute sobriété derrière les fûts alors les frères Henry et Thomas Dartnall assurent un spectacle tout aussi musical que comique avec une facilité déconcertante, introduisant chaque morceau joué par diverses blagues potaches, private jokes ou provocations gentillettes envers un public sous le charme.
Derrière leurs allures de faux représentants de commerce, et s'ils ne sont ni beaux, ni musclés, ni suffisamment à la mode pour assurer la une des magazines musicaux britanniques, les Young Knives disposent toutefois d'un atout considérable dont peu de formations ont la possibilité de se vanter après seulement deux albums studios : un catalogue de titres de grande qualité.
Parmi ceux présentés durant cette courte heure de concerts, près de la moitié sont extraits du très attendu Super Abundance, tandis que les excellents She's Attracted To, Here Comes The Rumour Mill, The Decision ou encore Weekends And Bleak Days (Hot Summer) s'avèrent de franches réussites. Au rayon des nouveautés sont principalement à retenir l'inévitable Terra Firma et son refrain entêtant à base de lapin et serpent, mais aussi trois compositions des plus prometteuses, Fit 4 U, Up All Night et surtout un impressionnant Turn Tail délivré tout en puissance.

De quoi boucler une année de concerts de la meilleure des manières !
setlist
    Dialing Darling
    Fit 4 U
    Here Comes The Rumour Mill
    Dyed In The Wool
    Coast Guard
    Rue The Day
    Terra Firma
    Loughborough Suicide
    Counters
    The Decision
    Turn Tail
    Weekends And Bleak Days (Hot Summer)
    ----------
    Up All Night
    She's Attracted To
photos du concert
    Du même artiste