logo SOV

The Wombats

Paris, Trabendo - 20 mars 2008

Live-report par Jean-Christophe Gé

Bookmark and Share
Le Trabendo ayant élu domicile juste en dessous du périphérique et assez loin de tout, j’arrive en plein milieu de Cage The Elephant. La fosse est déjà assez pleine pour une première partie qui commence bien à l’heure et les premiers rangs pogottent comme des dingues. Il faut dire que leur pop est très musclée, à la manière de celle des Artic Monkeys, mais en plus chevelue. Des singes, des éléphants et des wombats, cette soirée sera animalière et familiale.

Ce groupe du sud des Etats-Unis a de l’énergie à revendre. Leur musique est à la fois mélodique et énervée, et même si la moyenne d’âge dans le groupe a l’air de tourner autour de 16 ans, ils ont tous une bonne maîtrise de leur jeu de scène et de leurs instruments. Ils n’hésitent pas à reprendre les Talking Heads dans une très bonne interprétation de leur Psychokiller, rien ne fait peur à ces petits jeunes qui devraient faire tourner la tête du NME, de MTV2 et des jeunes rockers et rockeuses. D’ailleurs quand les lumières se rallument, je réalise avec horreur que j’ai deux fois l’âge de la plupart des gens autour de moi, méchant coup de vieux, ça m’apprendra à aller voir les Cure et les Kills en concert à quelques jours d’intervalle.

Après ce démarrage survolté, les Wombats prennent possession de la scène. A trois contre cinq, il ne faudra pas jouer les comparaisons, surtout que le trio de Liverpool a l’air plutôt fatigué. Peu importe, le public qui a fait un bel accueil à Cage The Elephant est de tout évidence celui des Wombats. Pas de Tales Of Girls & Boys & Marsupials pour démarrer, mais directement un School Uniforms bien enlevé. Manifestement le groupe est très heureux de rejouer à Paris, et tant mieux car c’est la sixième fois en un peu plus d’un an. « We fucking love it here », Je veux oui ! Et ils enchaînent sur un Lost In The Post assez rapide.

Signe de son embourgeoisement, le groupe change de guitare, une nouveauté. Le batteur, porte-parole officiel du groupe pour la langue de Molière annonce : « la prochaine chanson c'est une waltz si quelqu’un sait danser comme au 16ème siècle. Désolé j'ai pas assez dormi. » Ca ne se ressent pas dans leur jeu, mais ils ont l’air de ne plus trop savoir où ils habitent. Ils ont pris 11 vols et joué sur 7 fuseaux horaires en deux semaines. Digression à part, la valse c’est Party In A Forest (Where’s Laura?).

Après Here Come The Anxiety et Kill The Director, ils nous gratifient d’une nouvelle chanson écrite par le chanteur pendant ses deux semaines de vacances à Paris (encore !). Manifestement le titre n’est pas complètement fini et tout les éléments ne sont pas encore complètement en place, mais ça ressemble beaucoup aux deux titres joués précédemment, ce qui est plutôt pour me plaire.

Avant Moving To New York, ils nous présentent Cherub, leur mascotte, qui s’est faite griller les fesses à Melbourne... eh oui c’est vrai. Le set principal se termine par Little Miss Pipedream pour lequel le batteur prend un harmonica et joue la batterie avec ses pieds, et le bassiste lâche son instrument pour un synthé. C’est le titre le plus polyphonique et le plus calme de leur répertoire. Après cela ils envoient leur Let’s Dance To Joy Division survoltant, et nous font le rituel du rappel, même si le jeu les amuse moyennement.

L’attente n’est pas trop longue, le roadie a tout juste le temps de réaccorder les instruments qu’ils reviennent sur scène pour deux titres particulièrement efficaces, My First Wedding et Backfire At The Disco. A 22h pétantes, tout juste une heure après leur montée sur scène, les lumières se rallument définitivement. Avec un seul album joué dans sa quasi-totalité et un concert bien emmené avec beaucoup d'echanges avec un public conquis d’avance, que demander de plus ?
setlist
    01. School Uniforms
    02. Lost In The Post
    03. Party In A Forest (Where’s Laura?)
    04. Here Come The Anxiety
    05. Kill The Director
    06. New Song
    07. Moving To New York
    08. Patricia The Stripper
    09. Little Miss Pipedream
    10. Let’s Dance To Joy Division
    -------------
    11. My First Wedding
    12. Backfire At The Disco
photos du concert
    Du même artiste