logo SOV

The Electric Soft Parade
Ian Brown

Paris, Bataclan - 19 avril 2008

Live-report par Philippe

Bookmark and Share
Il n'est pas tout à fait 20h et la salle du Bataclan est déserte comme c'est pas permis. On attend quand même Ian Brown, pas vu à Paris depuis des lustres, depuis ce dernier concert à Paris des Stone Roses le 11 mai 1995 à l'Elysée Montmartre... Et pour rehausser le tout, les frangins de The Electric Soft Parade en première partie.
Le genre de soirée où tout peut arriver ou presque...

Cinquante personnes assistent à l'entrée en scène de The Electric Soft Parade et il faut dire que le public de ce samedi soir, qui arrive pas à pas, restera somme toute assez clairsemé.
Ce qui frappe d'emblée, c'est qu'il en manque un ! Thomas est au chant et à la guitare, le fidèle Matthew à la basse et ils sont accompagnés par un batteur plus jovial que jovial.
Mais le Alex est nowhere to be seen ! Et on ne le verra pas ! Tout juste apprendra-t-on par Thomas qu'il est 'lost in a Eurostar somewhere across the galaxy'... Et il nous parlera aussi du concert du soir au Showcase avec cette fabuleuse expression anti-poussière : 'sous le pont, je passe l'aspirateur'...
Car il est prévu un second concert le soir même à Paris !
Pour le Bataclan, tout se passe à merveille, finalement...
Ca fait tout drôle de les voir à trois mais tout passe comme un navire le long de la cote un soir d'été...
Ce Woken By A Kiss à la beauté fragile et extatique, ce Cold World enjoué et radieux, ce Have You Ever Felt Like It's Too Late? toujours en avance d'une mélodie imparable. Et puis ces deux singles du premier album : l'intrépide Silent To The Dark et le majestueux Empty At The End.
Enfin clôre le tout avec ce Everybody Wants, extrait de l'excellent Human Body Ep et qui nous annonce des horizons lointains peuplés de sylphes et de nymphes.
Une prestation de haute volée !

Puis c'est notre ami, le fameux Ian Brown qui prend possession des lieux et c'est là qu'on se dit que c'est vraiment une spécialité britannique que cet énergumène et qu'il faut aimer à la fois le foot, la bière et un petit peu la musique pour apprécier à fond ce qu'il fait aujourd'hui.
Et le voilà sautillant sur la scène, comme s'il jouait devant un stade plein à Manchester ! Il dit bien deux mots à un moment, mais on ne comprend absolument rien à ce qu'il raconte et là où il veut en venir...
Ce qui peut faire le charme du personnage, à la fois évadé de La Planète Des Singes et doté d'une voix unique qui fait le beau temps dans la salle parmi des musiciens pros à souhait dont un percussionniste et un trompettiste.
Et puis cette voix, on l'aime même si l'ennui pointe dès le début du concert...
Il faudra attendre un Time Is My Everything intemporel pour élever le débat et se diriger vers des éclats de songwriting. Puis ce sera My Star et là, direct vers la stratosphère inférieure.
Et puis le Ian qui demande: 'you like Stone Roses' avec son accent à couper des saucissons au cutter. En effet, voici Waterfall et ses chutes abracadabrantes; et nous voici revenu en 1989 comme si de rien n'était et avec les Stone Roses comme meilleur groupe de Manchester et d'ailleurs.
Le set se clôt sur un Golden Gaze porteur d'énergies insoupçonnées et et de valeurs nouvelles.
Quelques applaudissements bien sentis et le voilà qui revient pour deux points majeurs dans l'histoire des Stone Roses: I Wanna Be Adored et I Am The Resurrection. Et c'est comme si l'Hacienda existait toujours, dans cette ville devenue capitale du monde.
Pour la peine on aurait bien repris un Made Of Stone ou un Sally Cinnamon...
Mais pour terminer, ce sera un F.E.A.R., pas peur du tout, ample et souverain. On aurait bien aimé un Corpses in their Mouths ou Love Like a Fountain mais force est de constater qu'on revient de loin dans ce concert.
Et on en conclut que son dernier album n'est vraiment pas son meilleur...
Mais la soirée n'est pas terminée...

Prêt à en rajouter une deuxième couche, je me dirige de ce pas vers le Showcase où The Electric Soft Parade doivent jouer en intégralité leur dernier album: No Need To Be Downhearted.
Il est 0h55 quand le groupe déboule sur scène et là, surprise, stupéfaction, Alex est bien là ! Il s'installe à son clavier et c'est reparti de plus belle !
On apprendra qu'il est parti à Londres pour un mariage et d'ailleurs, il a toujours son beau costume...Et ayant expédié tout ça en un temps record; il a pu être present pour le deuxième concert mais pas le premier...
J'apprendrai plus tard que l'objectif de jouer ce dernier album en entier n'a pas pu être réalisé pour des histoires de logistique pure. Et il était aussi prévu de projeter des images sur un écran spécial à cette occasion.
Mais ça sera pour une prochaine fois ! On retrouve donc un set plus étendu qui incluera notamment le grandiose Lose Yr Frown mais pas de Things I've Done Before.

Comme quoi The Electric Soft Parade peut en cacher un autre contrairement à un Ian Brown qui ne cache que lui même et qui, même s'il se clônait, ne retrouverait pas sa saveur d'antan. Et puis sandwiché de la sorte, il a certainement eu du mal à la ramener... Mais il était là et c'était déja un évènement en soi !
setlist
    THE ELECTRIC SOFT PARADE
    01. Woken By A Kiss
    02. Cold World
    03. Have You Ever Felt Like It's Too Late?
    04. Silent To The Dark
    05. Empty At The End
    06. Appropriate Ending
    07. Everybody Wants

    IAN BROWN
    01. Goodbye To The Broken
    02. On Track
    03. Sister Rose
    04. Street Children
    05. Dolphins Were Monkeys
    06. Destiny Of Circumstance
    07. Time Is My Everything
    08. Lovebug
    09. The Sweet Fantastic
    10. Keep What Ya Got
    11. Longsight M13
    12. My Star
    13. Waterfall
    14. Golden Gaze
    ----------------
    15. I Wanna Be Adored
    16. I Am The Resurrection
    17. F.E.A.R.

    THE ELECTRIC SOFT PARADE @ Le Showcase
    01. Woken By A Kiss
    02. Cold World
    03. Things Snowball
    04. Misunderstanding
    05. Lose Your Frown
    06. Have You Ever Felt Like It's Too Late?
    07. Come Back Inside
    08. If That's The Case, Then I Don't Know
    09. Silent To The Dark
    10. Everbody Wants
photos du concert
    Du même artiste