logo SOV

The Cribs

Paris, Nouveau Casino - 15 septembre 2009

Live-report par Hybu

Bookmark and Share
Nous nous posions trois questions avant la venue des Cribs : Est-ce que ça sera aussi bien qu'à la Maroquinerie l'année dernière ? Johnny Marr apporte-t-il quelque chose de plus au groupe ? Que donne le nouvel album sur scène ?

Pour rentrer dans la soirée, le groupe français Toybloïds ouvre. J'avoue avoir un mauvais à priori, je me méfie toujours des groupes dont le nom est un mauvais jeux de mot, en partie confirmé par la prestation scénique. Même s'il faut le noter le groupe est plutôt bien en place, leur musique ne me touche pas vraiment. Le gros son gras indie typé Kaiser Chiefs et rock seventies ne m'interpelle pas. D'autant que le chant est franchement limité et que l'une des guitaristes et la bassiste ont l'air de s'amuser autant que lorsqu'elles font la queue au guichet de la poste, le stress sans doute... Au final, pour un groupe français, le résultat est honorable mais ne colle pas trop musicalement avec les attendus Cribs.

La salle est remplie aux trois quarts pour la venue du groupe. Le quatuor entame son set sur deux morceaux du nouvel album, Ignore The Ignorant, et la réponse de salle est plutôt timorée. Il faut dire que ces compositions sont loin d'avoir l'énergie débraillée de la période The New Fellas. Hey Scenesters relève un peu la sauce, pour un court moment. Johnny Marr est un peu absent, il n'apporte pas vraiment sa patte aux chansons, il écrête même un peu les piques de riff brutaux de Ryan et les noie sous une couche de guitare dispensable. Les Cribs ne sont ils pas les meilleurs quand il s'agit d'écrire des chansons aux refrains inégalables, celles qu'on aime brailler dans le pub avec ses potes ? Malheureusement, les nouvelles n'explorent que très peu cette facette que nous aimions tant. La salle est d'ailleurs toujours aussi peu réactive, malgré les tentatives de Gary de réchauffer l'atmosphère avec son français maladroit. Heureusement, Mirror Kissers vient enfin réveiller un peu la salle, on sautille doucement, on chante à tue-tête, confirmation sur Our Bovine Public ou Men's Needs. Leurs deux précédents albums sont décidément, non sans raison, très appréciés ! Enfin le groupe termine sur City Of Bugs, curiosité dans la discographie du groupe. Il aura fallu attendre le dernier morceau pour que Johnny Marr semble s'amuser un peu. Cet exercice post-punk colle bien mieux à son jeu de guitare qui prend enfin un sens dans les Cribs. Toutefois, bien que la chanson soit plutôt bonne, les frères y sont méconnaissables et je ne suis pas convainc que ce soit l'évolution du groupe que j'aurais aimé voir. Pas de rappel ? La musique d'ambiance vient vite coupé les quelques timides cris.

Au final, ce fut plutôt un bon concert, mais j'attendais plus du groupe, de Johnny Marr, de ce nouvel album et sur ces trois points il fût décevant. L'ambiance s'en est ressentie. Heureusement, les Cribs ont dans leurs sacs quelques tubes increvables issus de leur précédents disques que j'aime toujours autant chanter sous la douche le matin en me levant.
setlist
    We Were Aborted
    Emasculate Me
    Hey Scenesters
    Cheat On Me
    I'm Alright Me
    We Share The Same Skies
    I've Tried Everything
    Ignore The Ignorant
    Hari Kari
    Mirror Kissers
    What About Me
    I'm A Realist
    Victim Of Mass Production
    Our Bovine Public
    Another Number
    Men's Needs
    City Of Bugs
photos du concert
    Du même artiste