logo SOV

Camera Obscura

Paris, Maroquinerie - 16 octobre 2009

Live-report par Kris

Bookmark and Share
A peine six mois après leur dernier passage dans cette même salle de la Maroquinerie, que les écossais de Camera Obscura viennent réinvestir les lieux. A priori, peu de choses ont changé en six mois. Pas de nouveau disque à se mettre sous la dent, pas de mouvements dans le groupe. Juste une Maroquinerie bien plus tassée, et un public probablement plus enthousiaste qu’au printemps passé.

Si l’on commence par la fin, on ne peut vraiment pas dire que les deux concerts parisiens de cette année de Camera Obscura aient été différents. De longueur en durée et en quantité scrupuleusement identique – un peu troublant certes, mais on connaissait déjà la rigueur du groupe – quinze chansons furent joués, les mêmes à un titre près lors des deux venues. Les problèmes techniques furent également de nouveau de la partie. C’en était à se demander finalement si tout cela était le fruit d’une minutie inquiétante ou un hasard très taquin. Cependant, si l’on commence par cela, c’est bien pour souligner la frivolité de ces éléments, pourtant parties intégrantes, qui ne font bien évidemment pas foi d’un concert.

Car sur cette scène, et face à une foule attentive, Camera Obscura a fait bien mieux que faire une redite de leur prestation passée. Bien sûr, Tracyane se déride toujours aussi peu facilement. Bien sûr, l’intransigeance et la concentration sont toujours des clefs de la prestance du groupe. Mais tout cela ne peut être délié de l’identité même de ce groupe à la sensibilité pop limpide. Lorsque se joue leurs chefs d’œuvre Let’s Get Out Of This Country ou Lloyd, I’m Ready To Be Heartbroken, on ne peut que ressentir cette résignation, ce désabusement. Camera Obscura sont pleinement la musique qu’ils prodiguent. C’est bien cette mélancolie infinie qui transparaît de ce stoïcisme scénique, lorsque résonne Honey In The Sun ou My Maudlin Career.

Camera Obscura n’a pas changé, et ne le fera probablement jamais. On aurait cru que des années de carrière et des tournées à longueur de temps pourraient gommer et lisser les aléas et les imperfections. Pas chez Camera Obscura. Et c’est ce qui nous fait les admirer d’autant plus.
setlist
    My Maudlin Career
    Swans
    Tears For Affairs
    Teenager
    Honey In The Sun
    Forests & Sands
    The Sweetest Thing
    French Navy
    80's Fan
    Let's Get Out Of This Country
    Country Mile
    Lloyd, I'm Ready To Be Heartbroken
    If Looks Could Kill
    ---
    James
    Razzel Dazzel Rose
photos du concert
    Du même artiste