logo SOV

The Kooks

Paris, Scopitone - 17 décembre 2009

Live-report par Sarah Saulnier de Praingy

Bookmark and Share
À peine franchie la porte d’entrée de l’héritier du Paris-Paris, on sent déjà une chaleur humaine des plus importantes malgré cet incroyable jour de neige. En effet, peu à peu, on descend les escaliers où sont croisés de nombreuses personnes, toutes plus différentes les unes des autres, mais là, et bien là, pour les Kooks. On tente de s’infiltrer et on apprend alors que certains d’entre eux sont là depuis 17h. Oui, 17h pour une ouverture des portes prévues à 19h, mais ce sont les Kooks, et en même temps, nous sommes en décembre 2009, et les voir dans un si intimiste endroit relève de l’exploit !

Si leur entrée en scène était prévue pour 22h, il faut s’armer de patience encore et encore jusqu’à 22h30. Difficile de distinguer ce qui se passe vraiment, les voilà qui sautent sur scène on ne sait trop comment, il semblerait que ces quatre garçons qu’on ne présente plus aient débarqué directement du public ! Toujours est-il que les voilà, mais pas au complet. On découvre d’abord un Luke Pritchard, tout de blanc vêtu, accompagné de son pote Hugh, lesquels clament combien ils sont heureux d’être là. Ils débutent alors tous deux sur Always Where I Need To Be et dès les premiers accords, voilà un air fanatique qui se répand ! Luke n’y est pas pour rien, il donne de sa personne, et ça se voit !
Tout le public connaît bien sûr les paroles par cœur et c’est sur un Ooh la un peu fou et de qualité que le groupe se retrouve maintenant au complet. Ils semblent manifestement être bien décidés à alterner entre premier et deuxième album, puisque voilà Mr Maker qui pointe le bout de son nez. Les cordes des guitares se grattent avec une petite introduction dont la délicatesse et les ajustements nous laissent dans le plus grand des plaisirs. Les groupies crient, crient, et crient encore, alors que suit Naive, probablement le moment le plus fort de la soirée, particulièrement quand l’homme qui charme ces dames s’écrit « I know, she knows… ».

Nous arrivons alors à mi-parcours, l’ambiance est plus qu’installée et c’est sur un nouveau morceau que se poursuit le set. Un titre qui ramène un peu de calme de par l’attention que le public lui porte. Et décidément, la nouveauté semble être d’actualité, puisque voilà Rainbow marqué par l’attitude presque délirante de Luke Pritchard, manifestement pas peu fier de sa dernière trouvaille ! Morceau suivant, sûrement le meilleur du groupe, Sofa Song et c’est avec un enthousiasme pas des plus flagrants que les cœurs du public reprennent. Un étonnement tout de même quant à la réaction de la salle, manifestement pas des plus convaincue de la qualité du morceau, mais peu importe, parce qu’une Sofa Song, c’est déjà très bon, mais en acoustique, c’est encore mieux !
On sent alors un air de final qui s’annonce, mais l’on profite avant cela d’un très bon Tick Of Time, morceau concluant Konk, deuxième opus du groupe. On retrouve alors en vrai cette petite ambiance acoustique propre aux Kooks ou l’on s’imagine dans des canapés autour d’une guitare. Voilà un retour au calme certain qui se poursuit, toujours avec Konk, mais pour son premier titre cette fois-ci, See The Sun, dans une ambiance proche de l’angélisme… La fin sonne. Les voilà qui ont disparu. À peine le temps pour le public de se manifester que les voilà déjà revenus. C’est sur un incroyable She Moves In Her Own Way avec des cris, des chants et des bouleversements, que Luke vient nous crier un « Come on ! » plein d’entrain agitant le public pour la dernière fois de la soirée !

Trop de monde pour cette soirée, c’est une évidence. Mais ce sont les Kooks. Et les Kooks, c’est déjà très bien, mais après des interprétations acoustiques comme celles présentées ce soir on se dit qu’en acoustique, c’est vraiment mieux. Et que c’est peu être bien autour de guitares sèches que la musique des Kooks s’apprécie le mieux.
setlist
    Always Where I Need To Be
    Ooh La
    Mr Maker
    Naïve
    Princess
    Rainbow
    Tick Of Time
    Sofa Song
    See The Sun
    -----
    She Moves In Her Own Way
photos du concert
    Du même artiste