logo SOV

The Leisure Society

Paris, Espace B - 16 janvier 2010

Live-report par Roseline

Bookmark and Share
Quelques mois après un premier concert au Café de la Danse, The Leisure Society investissait la scène de l’Espace B pour présenter une nouvelle fois The Sleeper, ainsi que quelques titres destinés à leur prochain album.

C’est avec un retard de près d’une heure que les anglais montent sur scène pour un set intimiste entre pop et folk, devant une centaine de spectateurs. Le concert débute à 23h avec le délicat The Darkest Place I Know. Les violons vont crescendo au rythme de la chanson et le xylophone distilla des sons clairs pareils à des gouttes de pluie, créent une atmosphère étrange, mais néanmoins douce. Un petit couac pendant Love’s Enormous Wings passe presque inaperçu auprès des spectateurs, le groupe n’a aucun mal à le gérer, comme si de rien n’était, si ce n’est un éclat de rire de Nick, chanteur et guitariste de son état, et un sourire en coin qui ne quitte pas les lèvres de Christian, pianiste.
Save It For Someone Who Cares et A Matter Of Time suivent, interprétés de façon plus entraînante encore que dans leurs versions album. Guitares, violons, piano ou encore ukulélé se mêlent délicieusement pour des instants festifs, nous invitant à danser au rythme de la musique. En quelques secondes l’ambiance change avec We Were Wasted. Guitare sèche, voix de Nick tombant dans les graves et intervention discrète de la flûte traversière pour une chanson sombre qui nous laisse quelques instants mélancoliques, le souffle court. S’en suivt le magnifique The Last Of The Melting Snow, alliant douceur et nostalgie dont il est difficile d’émerger.

La configuration du lieu offre au groupe une plus grande interaction avec le public, lançant quelques plaisanteries entre les chansons et instaurant ainsi une ambiance légère et détendue. Ainsi, les fans, notamment ceux déjà présents au Café de la Danse en octobre dernier, se voiennt remercier d’avoir fait du chemin pour assister au concert. Christian demande également aux spectateurs d’être indulgents face aux nouvelles chansons, encore peu travaillées en studio et donc susceptibles de connaître quelques imperfections sur scène. Ce ne sera pas le cas ce soir, Although We Are All Lost et This Phantom Life récoltant en effet de longs et chaleureux applaudissements.
Face à l’enthousiasme du public, un rappel est improvisé, nous permettant ainsi de découvrir l’émouvant et quelque peu sombre I Shall Forever Remain An Amateur, inspiré de l’expérience de Nick en tant qu’employé d’une usine textile en Grande Bretagne. Puis le groupe nous offre enfin Something, reprise des Beatles réalisée pour le magazine Mojo et rarement jouée en live, annonçant ainsi la fin du concert que la salle achève un sourire béat aux lèvres.

C’est à reculons que l’on quitte le groupe, peu après minuit, l’âme et le cœur réchauffés par une heure de concert passée en si bonne compagnie. Encore une fois, The Leisure Society aura eu tout bon ce soir.
setlist
    The Darkest Place I Know
    Love's Enormous Wings
    Save It For Someone Who Cares
    A Short Weekend Begins With Longing
    The Last Of The Melting Snow
    We Were Wasted
    Cars (Gary Numan cover)
    Although We Are All Lost
    Fighting Chance
    The Sleeper
    This Phantom Life
    A Matter Of Time
    -------
    I Shall Forever Remain An Amateur
    Something (The Beatles cover)
photos du concert
    Du même artiste