logo SOV

La Roux

Paris, Bataclan - 26 février 2010

Live-report par Laurie

Bookmark and Share
Après Florence and The Machine, la déferlante rousse n'en finit pas de tout bousculer sur son passage avec la venue, vendredi dernier, de LA ROUX dans la salle du quartier d'Oberkampf.

En novembre dernier, LA ROUX, vedette annoncée du festival des Inrockuptibles, avait été contrainte d'annuler sa tournée. Une mauvaise nouvelle pour public et organisateurs qui, avouons-le, avaient beaucoup misé sur Elly Jackson, cette petite anglaise aux allures de tornade rousse ravageuse sur le petit monde de la musique. Revival 80's, ambiguité assumée et voix haut perchée, LA ROUX, littéralement un duo formée d'Elly et de son producteur-arrangeur Ben Langmaid, assume pleinement sa pop de rubik's cube. Son premier album éponyme, sorti l'ete dernier et boosté par le buzz notamment grâce à la maison Kitsuné, aura fait l'effet d'une bombe de ketchup jetée sur Lady Gaga.

Enchainant les concerts pour son Gold Tour, sorte de tournée marathon jusqu'au printemps, LA ROUX ,introduite par le duo bordelais Adam Kescher, débarque devant un public enjoué peu après 21h sur les accords de clavier de Tigerlily. Entourée de ses trois musiciens, maîtres des claviers et boites à rythmes, Elly Jackson salue la foule à coups de grands « bonsoir Paris ». La mèche rebelle et le pas sautillant, l'anglaise occupe tout l'espace, ne cessant d'agiter ses bras et de venir en bord de scène. Ce soir, on est vendredi, et par conséquent le public a vraiment envie de transformer le Bataclan en dancefloor géant, fluo et outrancier.
C'est chose faite avec I'm Not Your Toy qui fait tressaillir la fosse, le balcon d'habitude bien sage et le bar qui en manque d'échapper ses gobelets. Seul bémol à cette kermesse géante, une sur-amplification des claviers et du son, en général, qui couvre trop la voix de la pauvre Elly, provoquant presque l'impression parfois de s'égosiller sur ses refrains. De plus, on éprouve par instant le sentiment que LA ROUX cherche à masquer un certain coup de pompe, notamment entre ses titres quelle enchaine sans temps mort, comme une compilation de tubes 80s balancée à tout berzingue dans la Ford fiesta.

Peu après, LA ROUX propose une reprise surprenante et décalée d'un classique des Rolling Stones : Under My Thumb. Certes, même s'il est difficile de toucher à un tel monument du rock, on apprécie cependant la touche fraîche et pétillante que le groupe lui confère, semblant faire renaître le morceau qui se danse ce soir en legging ! Elly Jackson continue de frétiller et de donner son maximum, passant en revue tous les tubes de son album. Le très rave, Colorless Colour, accompagné de lumières stroboscopiques, met la foule en transe, tandis que Quicksand décoince les plus réticents. Véritable maîtresse de cérémonie pop, La Roux rempile vite fait ses disques à 22h, concluant notamment sur l'excellent In For The Kill et Bulletproof en rappel qui auront certainement fini d'achever ses pauvres petites cordes vocales.

Intéressante et enjouée, cette performance n'aura pourtant duré que trois quarts d'heure, laissant certains spectateurs perplexes, voire remontés ! Qu'importe, car pour les autres, LA ROUX aura été le « before » le plus cool et le plus hype du moment pour entamer le week-end de la meilleure façon.
setlist
    Tigerlily
    Savior
    I'm Not Your Toy
    Quicksand
    As If By Magic
    Under My Thumb
    Cover My Eyes
    Colorless Color
    In For The Kill
    Fascination
    ------
    Bulletproof
photos du concert
    Du même artiste