logo SOV

The Cribs

Paris, Bercy - 29 juin 2010

Live-report par Anne-Line

Bookmark and Share
Dans la série des inattendus de l'année, les Cribs assurent ce soir la première partie des papys glam Aerosmith, à Bercy. On peut difficilement imaginer affiche plus mal assortie. D'un côté les bostoniens grandiloquents aux guitares à paillettes, la grosse machine américaine dans toute sa splendeur, et de l'autre le groupe indé par excellence : des provinciaux anglais mal fagotés, au jeu de scène quasi-inexistant... Déjà qu'en novembre, leur prestation en ouverture de Franz Ferdinand ne fut pas un succès retentissant, on est en droit de s'inquiéter pour eux.

Ils attaquent vaillamment sur We Were Aborted et Hey Scenesters!, espérant sans doute que les riffs cristallins de Johnny et le gimmick assassin de leur manifesto de 2005 leur suffiront pour s'attirer les faveurs du public de Bercy... Mais ne remplit pas une salle de 17,000 personnes qui veut. Le public du soir ne sort voir de concert qu'une ou deux fois par an, et pour eux le Yorkshire n'a jamais été qu'une race de petit chien. Ryan a beau multiplier les sauts de guerrier Masaï en rut, Bercy reste de marbre. Les anglais ont pourtant choisi une setlist judicieuse, mêlant les morceaux du dernier album Ignore The Ignorant, et les singles les plus marquants des précédents. On espérait que, peut-être, l'expérience de Johnny Marr (We Share The Same Skies) et leurs refrains accrocheurs (Mirror Kissers) dérideraient les rockeurs du dimanche au fil des morceaux, mais il n'en est rien. Au contraire, c'est de pire en pire. On commence même à entendre quelques sifflets. Comme ils le disent si bien eux-mêmes, il faut ignorer les ignorants, et ne pas se laisser décourager.

Johnny Marr et les Jarman se démènent pour faire le show. L'ex-Smith fait tournoyer sa guitare, Ryan lance un petit solo Hendrixien en introduction de I'm A Realist, grimpe sur un ampli pour chanter Men's Needs... mais rien n'y fait. Les « Aerophiles » demeurent hermétiques, voire même deviennent hostiles: on aperçoit des doigts d'honneur se dresser. Bonjour l'ambiance!
Pour finir, comme un pied de nez, les Cribs jouent City Of Bugs, un de leurs morceaux les plus longs et les moins accrocheurs de leur répertoire, au plus grand dam des parisiens qui n'attendent que Steve Tyler et sa bande. C'est sous de nombreux sifflets que les Northerners sortent de scène, non sans avoir laissé leurs guitares sur les amplis pour un effet larsen maximum assuré. Maigre vengeance.

On peut se demander à qui attribuer la brillante idée d'associer ces groupes si radicalement différents, heureusement pour une poignée de concerts seulement et non une tournée complète ! Décidément, les Cribs ne sont vraiment pas faits pour le grand public.
setlist
    We Were Aborted
    Hey Scenesters!
    We Share The Same Skies
    Hari Kari
    Cheat On Me
    Mirror Kissers
    Ignore The Ignorant
    Our Bovine Public
    I'm A Realist
    Men's Needs
    City Of Bugs
photos du concert
    Du même artiste