logo SOV

Kill The Young
Dansette Junior

Paris, Nouveau Casino - 8 juillet 2010

Live-report par Roseline

Bookmark and Share
Comme tous les mois, les Inrockuptibles donnaient rendez-vous aux passionnés de musique le temps de quelques concerts alliant éléctro, indie et rock énergique au Nouveau Casino de Paris. A l'affiche pour cette soirée Custom : Kill The Young, Dansette Junior et les californiens de The Morning Benders.

C'est dans un Nouveau Casino agréablement climatisé que le premier groupe de la soirée monte sur scène. Il est tout juste 20h et la salle est quasi vide, au grand dam des anglais de Dansette Junior. Ceux-ci passeront la prochaine demi-heure à encourager le public à danser avec eux, comme leur nom l'indique, ce qui tombera à l'eau durant une bonne partie du set.
Un petit single pour la route, sous les traits de Paranoid, fait l'unanimité auprès des spectateurs, peu à peu happés par l'énergie communicative du trio. Très en forme, le chanteur, Will Hunt, ne cesse de sauter dans tous les sens, frappant des mains tout en s'escrimant sur son ordinateur.
The Chase, titre plus rock que les précédents, fair monter la chaleur d'un cran dans la fosse. Certains spectateurs se décident enfin à danser et participer au spectacle, applaudissant le trio à tout rompre à la fin des morceaux. Le chanteur quitte la scène pour rejoindre le public sur Fighting Fire, pour le plus grand plaisir de ses amis australiens, venus en nombre pour l'occasion. Après un dernier titre plus électronique, Are You With Me, sur lequel Will Hunt demande aux spectateurs de se déchaîner, et les anglais quittent la scène, fortement applaudis.

Il faut peu de temps aux roadies pour installer les instruments du groupe suivant, The Morning Benders. La salle s'est remplie et le public se presse aux premiers rangs alors que les premiers sifflements se font entendre. Le quatuor californien monte enfin sur scène sur les coups de 21h et nous propose une longue introduction digne de Death Cab For Cutie, avant de débuter le set sur Stitches. Changement d'ambiance radicale par rapport au groupe précédent, les Morning Benders navigant entre pop, prog et indie.
Leur nouvel album, Big Echo, vient de sortir, et le chanteur, Christopher Chu, nous invite à l'acheter à l'étage du Nouveau Casino, avant de nous en interpréter un extrait intitulé Promises. C'est la première fois que le groupe joue à Paris et l'accueil est si enthousiaste que les californiens ont déjà hâte de revenir dans la capitale. Il est vrai que le public est en forme et applaudit, notamment sur la jolie reprise de Fleetwood Mac, Dreams, interprétée plus énergiquement que l'original. Dernier morceau, Excuses, que Christopher Chu interprète dans la fosse, un maracas à la main. Il demande aux spectateurs de l'accompagner sur le refrain, qu'il promet très simple. La foule ne se fait pas prier et se lance dans des onomatopées enthousiastes. Après une longue demi-heure de concert, les américains rejoignent les coulisses, acclamés de toutes parts.

A 22h, alors qu'une partie de la salle a déjà quitté les lieux, Kill The Young investissent la scène. S'en suit une heure de show électrisant, alternant des titres de leurs deux albums, ainsi que des nouveautés prévue pour leur troisième disque.
Le début de concert est intense, en témoigne le puissant Skin And Bones, dans un style non sans rappeler l'énergie de Rage Against The Machine. Olly Gorman, batteur de son état, ne cesse de sauter de son siège. Il déborde d'énergie et la transmet aux spectateurs, les encourageant de ses baguettes à frapper dans leurs mains en rythme. Il semble que se moquer du football français soit à la mode : après Ash il y a quelques jours, vient le tour de Tom Gorman ce soir, mais heureusement la musique s'avère meilleure que l'humour, et c'est avec joie que l'on découvre un nouveau titre mettant en relief les joies et désillusions de l'amour. La chanson est plus mélancolique que ce que propose habituellement le trio, mais ce changement d'ambiance n'est pas pour déplaire aux fans.
Retour aux sources sur Fragile, avec un Olly Gorman toujours jaillissant de son siège et son frère Tom nous mimant un « E.T. Téléphone Maison », une serviette posée sur la tête. L'humour est bel et bien présent, sans pour autant perdre de vue l'objectif de la soirée : que la foule adhère au rock énergique du groupe.

Les fans s'en donnent à cœur joie sur un des plus gros succès du trio, We Are The Birds And The Bees, We Are The Telephone Trees, pour le plus grand plaisir de Dylan Gorman, bassiste, tout sourire. La complicité entre les frères est palpable, notamment lorsque Tom et Dylan jouent de leurs instruments tout en se regardant dans le blanc des yeux. Encore un tube, que la salle reprend en cœur, sous les traits de Origin Of Illness, après laquelle Tom remercie chaleureusement les fans. Il est vrai que ceux-ci sont déchaînés, autant d'ailleurs que leur groupe préféré, et réagissent au quart de tour sur la plupart des morceaux.
C'est sans guitare que nous est présenté un tout nouveau titre, laissant au duo basse/batterie la charte d'animer le Nouveau Casino. Pas de lourdeur de son ni de trop fortes notes, l'absence de la guitare ne se fait pas cruellement sentir et c'est tant mieux. Le chanteur peut ainsi aller et venir à sa guise sur scène et se démener en toute liberté. Un chant révolutionnaire se fait entendre alors que Tom se met à genoux, observant les premiers rangs. Quelques secondes plus tard, le groupe quitte la scène, sous les applaudissements de l'assistance.
Un rappel nous attend, peu avant 23h, nous donnant notamment l'occasion de retrouver en live All By Myself doux mais malgré tout puissant, tandis que Dylan se penche vers le public, hurlant de toutes ses forces. Tom met sa guitare sur sa tête, continuant de jouer, les yeux hagards, faisant ainsi hurler les spectateurs, qui se déchaînent dans la fosse. Les applaudissements fusent, dans les deux sens. Le trio, enchanté de l'accueil du public, le remercie avec chaleur tout en promettant de revenir rapidement pour de prochains concerts.

De retour dans la fournaise ambiante, on espère grandement retrouver le trio dans une aussi grande forme d'ici la fin de l'année, avec un troisième album aussi puissant que les précédents.
setlist
    DANSETTE JUNIOR
    What You Want
    Paranoid
    Maybe This Time
    New Song
    The Chase
    Fighting Fire
    Are You With Me

    KILL THE YOUNG
    Indisponible

    THE MORNING BENDERS
    Indisponible
photos du concert
    Du même artiste