logo SOV

Alt-J

Matilda/Fitzpleasure

Alt-J - Matilda/Fitzpleasure
Chronique Single/EP
Date de sortie : 27.02.2012
Label :Infectious Music/PIAS
45
Rédigé par Fantin, le 29 février 2012
Bookmark and Share
Il n'y a pas à dire, aussi nombreux soient les artistes affiliés à la scène alternative actuelle, les seuls quelques véritables innovateurs qu'elle comprend peuvent être comptés sur les doigts de la main.

Alors que les têtes chercheuses de longue date que constituent Radiohead ou Massive Attack peinent de plus en plus à se renouveler, on eût cru depuis quelques mois entrevoir le début d'une véritable vague de renouveau dans le paysage musical actuel, notamment britannique. Que ce soient Breton et son usage cinglant de samples et de beats hip-hop, la pop classieuse d'Outfit ou encore le songwriting à vif du jeune King Krule, quelques jeunes espoirs de la scène anglaise semblent vouloir fermer la trop longue parenthèse d'une mode revival qui s'était déclenchée à l'entrée dans le nouveau siècle et n'en finissait plus. Bien qu'aucun de ces estimés prodiges n'ait encore confirmé son goût pour l'innovation musicale dans un album, la liste des dissidents à la facilité dominante se rallonge peu à peu. C'est aujourd'hui une jolie découverte originaire de Leeds qui nous parvient et ouvre de nouveaux horizons pour le moins inattendus.

Officiant sous le nom intrigant d'Alt-J, quatre anglais livrent leur second deux-titres : Matilda/Fitzpleasure (leur premier, Bloodflood/Tessellate, n'est paru qu'en tirage très limité au format vinyle sur le label Loud And Quiet). Les quelques titres déjà dévoilés sur la toile (Breezeblocks, Tessellate) ne pouvaient susciter que de l'intérêt pour ce groupe chez un auditeur, forcément ébahi à l'écoute de cet OVNI musical à la fois lunatique, pointilleux et entraînant. C'est donc dans l'optique d'être à la fois étonné et touché que l'on se plonge dans cette œuvre d'art moderniste de courte durée bien que riche en couleurs et rebondissements.

Soyons rassurés, nos attentes sont assouvies et nous sortons de cette écoute comme comblés par la grâce profonde de deux compositions hors du commun, autant par leur mise en musique brillante que par leur écriture d'une grande finesse.
On pourrait d'abord croire à un single tout bonnement folk. Cependant le lancement intimiste de Matilda est vite brisé. Sur une voix nasillarde au ton ironique, Alt-J mâche un refrain entêtant et subtilement dérisoire. « And she needs you/This is for Matilda » scande inlassablement son chanteur. On pense alors à Sufjan Stevens et ses compositions comme avalées par une production hachée et psychédélique. Ici plus minimaliste, on peut saluer l'audace de ce titre à la fois cynique et touchant.
Et que dire de son successeur ? Entre chants aux sonorités africaines, synthétiseurs en forme de rouleaux compresseurs et percussions entraînantes, on est vite pris au jeu de l'hymne psychédélique d'un autre monde que semble constituer Fitzpleasure. Déchaînant les passions et progressant de manière inattendue, ce morceau unique et remarquable témoigne du talent incontestable d'Alt-J, une formation qui a su s'imposer en seulement quelques titres comme le remède nécessaire à la facilité musicale contagieuse qui continue de sévir dans la perfide Albion.

C'est ainsi une pièce expérimentale et majestueuse que nous livre le quatuor de Leeds en guise de première livraison accessible à tout un chacun, un véritable coup de maître pour un groupe encore dans l'ombre de ses pairs. Des pairs qui ne leur sont toutefois pas indifférents puisqu'en prime de ces deux chefs-d'œuvres, on trouve dans la version digitale du single un remix de Fitzpleasure par Breton ainsi qu'une sombre version post-trip-hop de Matilda orchestrée par le sorcier du dubstep Ghostpoet. Plus qu'un nouvel espoir, une révélation.
notes des lecteurs
Du même artiste