logo SOV
Sleaford Mods - T.C.R.
Chronique Single/EP
Date de sortie : 14.10.2016
Label :Rough Trade Records
4
Rédigé par Albane Chauvac Liao, le 17 octobre 2016
Bookmark and Share
Le groupe contestataire Sleaford Mods sort un nouvel EP, le premier signé sur le label Rough Trade Records, doté de cette violence qui fait du bien.

Après avoir affirmé sa notoriété en 2015 avec Key Markets, élu meilleur album 2015 par The Guardian et NME, et une montée au top ten des charts, le duo a acquis une fanbase nationale et internationale. S'affirmant comme la voix de la classe ouvrière britannique, ils transforment leurs frustrations en acte créatif, ayant déjà produit huit disques depuis 2007.
Vous y trouverez beaucoup de gros mots, de langage de rue : comme le chanteur Jason Williamson l'a dit dans une interview pour Channel 4, ce langage correspond au langage parlé, au quotidien. Pour être toujours plus juste dans ses paroles, dans les mots utilisés pour témoigner des conditions de vie de la working class britannique. Il a laissé tomber les guitar bands des seventies au profit des sonorités du quotidien, s'intéressant aux conversations populaires, des gens sous l'effet de la drogue, ivres, ou tout simplement des conversations entre collègues, dans la rue...

C'est d'une efficacité sans pareil ! Ils dépoussièrent la part prétendue sombre de l'Angleterre en lui donnant une vision contemporaine, avec des paroles qui bousculent notre quotidien, résonnant tour à tour comme des scènes de vie (« People on the way out too, talking. Everyone still looks like Ena Sharples and Ray Reardon ») dans T.C.R., et des donneurs de leçon (« Eventually you get an idea, little shit. Go and listen to some fucking garage punk, you pointy little tit », « The trappings of luxury can't save you from the nail-biting boredom of repetitive brain injury », « The tragedy of the male-less fucking man »). A travers ces paroles, les Sleaford Mods s'affirment en parfaite anti-thèse de l'aspect commercial de l'industrie musicale.

Mention spéciale à I Can Tell, à prendre comme hymne revendicatif entre copains lors d'une soirée bien arrosée, l'accent des Midlands venant alors plus facilement.
Jason Williamson et Andrew Fearn font partie de ces artistes, encore trop peu nombreux, qui font de leur voix une arme contre les injustices. En live on constate combien ils sont habités par leurs revendications, comme lors de leur passage à Villette Sonique en mai dernier. Leurs paroles contestent les dysfonctionnements de la société britannique mais résonnent comme un vent de liberté dans l'âme de toute une génération d'européens, révoltée par les inégalités. Ils sont actuellement en tournée... Oreille tendue et cœur battant dans l'attente d'une prochaine date française !
tracklisting
    01. T.C.R.
  • 02. I Can Tell
  • 03. Britain Thirst
  • 04. Dad's Corner
  • 05. You're A Nottshead
titres conseillés
    I Can Tell
notes des lecteurs
Du même artiste