Chronique album : Ghostpoet - I Grow Tired But Dare Not Fall Asleep - Sound Of Violence
logo SOV

Ghostpoet

I Grow Tired But Dare Not Fall Asleep

Ghostpoet - I Grow Tired But Dare Not Fall Asleep
Chronique Album
Date de sortie : 01.05.2020
Label : [PIAS] Recordings
45
Rédigé par Jean-Christophe Gé, le 28 avril 2020
Bookmark and Share
Ghostpoet est un ovni qui se balade entre les planètes hip-hop et la face obscure de la planète new wave. Certains diront que cela s'appelle le trip-hop, mais Obaro Ejimiwe de son vrai nom n'aime qu'une étiquette, celle de poète fantôme qu'il s'est collée. Les institutions ont abandonné l'idée de lui offrir un Mercury Prize, notamment pour ses deux premiers albums, et pour l'opus numéro cinq, l'artiste fait ce qu'il veut et s'épanouit dans un trip flippant et morbide.

I Grow Tired But Dare Not Fall Asleep est un cauchemar éveillé. On se fait peur à ne plus distinguer ce qui est vrai dans ce monde psychédélique, sophistiqué et immédiatement séduisant. Concrete Pony est un choix très ambitieux pour un single puisque le morceau repose essentiellement sur une rythmique syncopée et des boucles assez expérimentales. Le clip qui l'accompagne remet le Lullaby de The Cure au rayon des blagues. Ghostpoet s'en fiche, on peut le dire gothique, il aime se répéter, il n'a cure des étiquettes.

La voix gutturale, l'ambiance oppressante et le rythme chaloupé font penser à Tricky. La comparaison s'arrête là, notre poète est moins cabossé, ses morceaux downtempo débordent d'une énergie réprimée qui prend la tête autant que les tripes. Les cordes dissonantes et les riffs électriques de Humana Second Hand et Social Laceration frisent avec l'indus de Einstürzende Neubauten.

Sur cet album, Ghostpoet s'est chargé de la production et de l'enregistrement dans son studio de Margate, sur la côte à cent kilomètres à l'est de de Londres. Il a invité plusieurs chanteuses dont la présence est plutôt discrète pour les choeurs (Art School Girlfriend, Delilah Holiday de Skinny Girl Diet et Katie Dove Dixon). On notera l'intro en français de SaraSara sur This Trainwreck Of A Life. Ces contributions se font en parfaite symbiose, comme si collaborateurs et auditeurs étaient pris sous le même charme déroutant et jubilatoire.

Attention, I Grow Tired But Dare Not Fall Asleep vous fera faire des cauchemars, mais c'est un grand album qui s'écoute en boucle.
tracklisting
    01. Breaking Cover
  • 02. Concrete Pony
  • 03. Humana Second Hand
  • 04. Black Dog Got Silver Eyes
  • 05. Rats In A Sack
  • 06. This Trainwreck Of A Life
  • 07. Nowhere To Hide Now
  • 08. When Mouths Collide
  • 09. I Grow Tired But Dare Not Fall Asleep
  • 10. Social Lacerations
titres conseillés
    Concrete Pony - Humana Second Hand - Nowhere To Hide Now - I Grow Tired But Dare Not Fall Asleep
notes des lecteurs
Du même artiste