logo SOV

The Rolling Stones

Shine A Light OST

The Rolling Stones - Shine A Light OST
Chronique Album
Date de sortie : 07.04.2008
Label : Polydor
4
Rédigé par David, le 25 avril 2008
Bookmark and Share
Difficile ces jours-ci de passer à coté de l’excellent documentaire Shine A Light du si talentueux Martin Scorsese consacré au groupe de sa vie, j’ai nommé les survivants The Rolling Stones. Si le film, constitué d’images captées lors de deux concerts au légendaire Beacon Theater de New York à l’automne 2006, est à l’affiche en ce moment au cinéma, la bande originale qui sort ces jours-ci dans les bacs a le mérite de pouvoir nous donner l’occasion de ramener du live des papys du rock à la maison…et c’est toujours une bonne nouvelle et un excellent moment en perspective!

Bon en même temps, soyons honnêtes, en matière de live, l’auditeur n’a déjà que l’embarras du choix afin d’écouter les multiples pépites des Rolling Stones dispersées dans les différents albums en public qu’ils ont sortis au court de leur si longue carrière. Donc, même si les versions proposées de Brown Sugar, (I Can’t Get No) Satisfaction, Tumbling Dice, Start Me Up ou encore l’éternelle Sympathy For The Devil sont de très bonnes factures sur ce Shine A Light ce n’est pas vraiment non plus pour cela qu’on se précipitera sur cet album.
Non, le grand intérêt de la chose, c’est que Martin Scorsese lui-même avait demandé à Mick Jagger de la nouveauté c’est à dire qu’il lui sorte quelques titres rarement interprétés de derrière les fagots ainsi que quelques "guest-stars" de luxe pour pimenter les deux shows filmés pour l’occasion. Et, pour le meilleur ou (rarement) pour le pire, il y a effectivement quelques grosses surprises à relever sur ce Shine A Light

D’abord, même si la chanson en elle-même est une habituée des set-lists, les Rolling Stones débarquent sur scène au son de l’immense Jumpin’ Jack Flash (qui est plutôt conservée pour la fin de show et le rappel en règle générale) comme pour directement rendre hommage à Scorsese qui avait si brillamment intégrée ce titre à son non moins brillant Mean Streets il y a maintenant… 34 ans!
Derrière cette impressionnante entrée en matière, on retiendra également la très bonne prestation de Jack White qui va électriser la superbe Loving Cup ainsi que le talent énorme de Buddy Guy qui se lancera dans une jam mémorable avec les Stones sur un Champagne & Reefer qui a du, à coup sûr, faire frissonner de plaisir le grand Muddy Waters dans sa tombe… un bon cours de blues racé en 2008 ça ne se refuse pas!

On passera par contre assez vite sur l’indigente prestation de Christina Aguilera qui massacre tout en force la somptueuse Live With Me et sur le choix "discutable" des Stones de faire la part belle à l’album Some Girls (4 chansons dont une version de Just My Imagination toujours largement moins inspirée que l’originale des Tempations, désolé Mick!) plutôt au hasard qu’à Let It Bleed (même si Keith Richards a gardé l’habitude de rechanter la très mignonne You Got The Silver) ou encore Aftermath, l’album préféré de Martin Scorsese!
En revanche, on ne se plaindra absolument pas de l’exposition prononcée d’Exile On Main Street (4 titres joués dont la groovy All Down The Line) ainsi que le repêchage de quelques pépites très anciennes comme la superbe ballade As Tears Go By (exhumée de December’s Children) ou encore la si populaire I’m Free (déterrée d’Out Of Our Heads), deux chansons de 1965 quand même!
Si l’on rajoute à cela, une miraculée de Between The Buttons chantée par Keith (Connection) ainsi qu’une fort logique conclusion de disque sur la belle ballade Shine A Light qui illumina à l’époque Exile On Main Street, on se dit que le lot d’inédits et de raretés jouées sur cette bande originale vaut au final largement le déplacement.

Indispensable pour tous fans qui se respecte pour cause d’opération "brocante de raretés", ce double album live Shine A Light peut néanmoins constituer un excellent démarrage pour les plus jeunes générations qui souhaitent découvrir un peu plus en profondeur le formidable répertoire des Stones sans pour autant racheter un à un tous les albums en vinyles
Et que l’achat de ce disque ne vous empêche pas non plus d’aller voir très vite la mise en image de l’ensemble par monsieur Scorsese! Lui qui s’est si bien servi des plus belles chansons des Stones dans ses différents chefs d’œuvres (Gimme Shelter et Monkey Man dans Les Affranchis, quel bonheur!) mérite bien ça en retour…
tracklisting
    Disc 1:
  • 1. Jumping Jack Flash
  • 2. Shattered
  • 3. She Was Hot
  • 4. All Down The Line
  • 5. Loving Cup (with Jack White)
  • 6. As Tears Go By
  • 7. Some Girls
  • 8. Just My Imagination
  • 9. Faraway Eyes
  • 10. Champagne & Reefer (with Buddy Guy)
  • 11. Tumbling Dice
  • 12. Band Introductions
  • 13. You Got the Silver
  • 14. Connection

  • Disc 2:
  • 1. Martin Scorsese Intro
  • 2. Sympathy for the Devil
  • 3. Live With Me (with Christina Aguilera)
  • 4. Start Me Up
  • 5. Brown Sugar
  • 6. (I Can't Get No) Satisfaction
  • 7. Paint it Black
  • 8. Little T&A
  • 9. I'm Free
  • 10. Shine a Light
titres conseillés
    Loving Cup, As Tears Go By, Champagne & Reefer, I’m Free
notes des lecteurs
notes des rdacteurs
Du même artiste