logo SOV

The Rolling Stones

A Bigger Bang

The Rolling Stones - A Bigger Bang
Chronique Album
Date de sortie : 05.09.2005
Label : Virgin
35
Rédigé par David, le 20 septembre 2005
Bookmark and Share
S'ils resteront pour toujours dans l'esprit collectif comme un groupe mythique et si les préparatifs d'une nouvelle tournée événementielle mondiale déclenchent toujours une certaine hystérie contagieuse, on ne peut par contre pas vraiment dire que l'annonce de l'arrivée d'un nouvel album studio des Rolling Stones en cette année 2005 soit accompagnée de hurlements de bonheur.
Soyons en effet honnêtes, même les plus grands fans du groupe reconnaissent bien aujourd'hui que leurs dernières compositions en date étaient au mieux sans âme et au pire franchement navrantes par rapport aux perles d'antan, d'où une certaine appréhension à la première écoute de ce A Bigger Bang, vingt-cinquième album studio de Keith et sa bande...

Le démarrage en trombe de l'excellente ouverture Rough Justice réussit donc l'exploit de nous rassurer en trois minutes : la rythmique immédiatement reconnaissable du cher Charlie Watts nous renvoie en terrain connu mais surtout le coté nerveux et incisif des guitares surprend réellement par rapport aux enregistrements en roue libre contenus dans les dispensables (pour être gentil!) Bridges To Babylon ou Voodoo Lounge.
Si les Stones ont toujours été capables de balancer une chouette ouverture, et ce même sur des albums pas vraiment réussis au final, la suite s'avère de bonne facture puisque même si le tempo ralentit, l'arme fatale de ces vieillards survivants sait encore frapper fort là où il le faut. Car oui, même en 2005, Mick Jagger reste Mick Jagger et sa façon de chanter si animale et particulière tire vraiment vers le haut les très bons Let Me Down Slow et It Won't Get Long.

Alors on se prend même à rêver; aurions-nous entre les mains un nouveau Sticky Fingers ou ne serait-ce que la moitié d'un Beggars Banquet?
Pas la peine de faire durer le suspens plus longtemps la réponse est non! La faute d'abord à une track-list bizarre qui fait se succéder par la suite des morceaux tous assez faibles qui tapent pourtant dans bien des styles différents : ainsi, si on peut quand même apprécier le coté «roots» du bluesy Back Of My Hand, Rain Fall Down sonne comme un Miss You raté, Biggest Mistake écœure par ses sentiments dégoulinants et sa production putassière alors que Street Of Love s'impose, écoute après écoute, comme l'un des pires singles de toute leur histoire...

Alors que l'auditeur apprécie presque la gentillette This Place Is Empty (avec Keith et sa voix de défoncé au chant) mais déprime déjà à l'idée de la découverte de la dernière partie de l'album, Oh No, Not You Again, une autre petite bombe de choix, réussit le deuxième exploit inespéré : relancer la machine et cette fois jusqu'au bout!
Si l'on met de coté les naïves paroles pseudo-engagées du pétard mouillé Sweet Neo-Con (et oui Mick, c'est quasiment politiquement correct d'annoncer au monde entier aujourd'hui que Bush est un crétin!), se succèdent alors de Dangerous Beauty à Look What The Cat Dragged In des chansons enfin toutes plus réussies les unes que les autres avec en point d'orgue la monumentale ballade Laugh, I Nearly Died qui donne le frisson comme on avait pas eu en entendant les Stones depuis... depuis quand déjà ?

On les quitte donc sur la bien foutue Infamy (deuxième morceau chanté par Keith) avec le sentiment d'avoir écouté de très bonnes choses à défaut d'un album véritablement cohérent de bout en bout.
Car la seule véritable énigme posée par ce A Bigger Bang réside dans son trop grand nombre de morceaux (16 au total) alors que les plus grande réussites des Stones n'ont jamais comportées plus de 11 titres (Exile On Main St. étant l'exception qui confirme la règle !). Résultat : l'excellent album dont les fans rêvaient est bel et bien là mais entaché et alourdi par quelques faces B faiblardes.
Un peu dommage donc puisqu'on a frôlé l'excellent mais « satisfaction » finale quand même : les Stones sont encore capables d'écrire de très bonnes chansons en 2005, soit 43 ans après leurs premiers pas sur scène... Qui dit mieux ?
tracklisting
    01. Rough Justice
  • 02. Let Me Down Slow
  • 03. It Won’t Take Long
  • 04. Rain Fall Down
  • 05. Streets Of Love
  • 06. Back Of My Hand
  • 07. She Saw Me Coming
  • 08. Biggest Mistake
  • 09. This Place Is Empty
  • 10. Oh No, Not You Again
  • 11. Dangerous Beauty
  • 12. Laugh, I Nearly Died
  • 13. Sweet Neo Con
  • 14. Look What The Cat Dragged In
  • 15. Driving Too Fast
  • 16. Infamy
titres conseillés
    Rough Justice / Laugh, I Nearly Died / Oh No, Not You Again
notes des lecteurs
notes des rdacteurs
Du même artiste