logo SOV

The Big Pink

Future This

The Big Pink - Future This
Chronique Album
Date de sortie : 16.01.2012
Label : 4AD
25
Rédigé par Fantin, le 18 janvier 2012
Bookmark and Share
Annoncé par le confidentiel Stay Gold, lequel nous apprenait il y a quelques mois qu'un revirement musical pour le moins inattendu était en train de se produire chez un des groupes les plus excitants de ces dernières années, on ne pouvait attendre ce second effort que de pied ferme. C'est finalement pour marquer la fin de la trop longue trêve hivernale musicale que nous parvient le successeur du remarquable A Brief History Of Love.

Après avoir brassé la noirceur du post-punk et des tonalités propres au shoegaze au sein d'un album moderne et pointilleux, The Big Pink ont pris la décision des plus folles de mettre leurs talents de producteurs à l'œuvre dans un album pop, à la portée de tous et à la conquête des ondes radiophoniques. Construit comme un idéal de musique moderne par un brassage des styles et des couleurs, Future This semble constituer le manifeste d'une pop renouvelée et dont il est, pour l'heure, seul détenteur.
Entre samples hip-hop et usage continu d'une machinerie musicale dont ils sont experts, les deux londoniens révèlent, en effet, un second album positif et accessible qui semble vouloir dérober à Noel Gallagher le monopole de la pop actuelle. Car il faut le dire, aussi bon qu'ait été le premier album des High Flying Birds, il n'a en aucun cas surpris et n'est en rien novateur. Renouveler cette pop, qui, en Angleterre, fait partie d'une véritable tradition et est l'objet d'un grand engouement populaire, est une initiative aussi folle qu'admirable.

Et pourtant, Future This paraît un temps satisfaire cette ambition culottée. "A Time to love, a time to cry" semblent les mots justes pour ouvrir un chef d'œuvre radiophonique. Et que dire de l'atmosphère à la fois synthétique et moderne dans laquelle le duo nous plonge sans trop attendre ? Stay Gold constituait le teaser parfait pour annoncer Future This et, pourtant, on a préféré s'en effrayer, trouver regrettable d'avoir perdu l'un des derniers groupes à avoir eu recours à un son véritablement heavy pour transmettre ses compositions de génie. On aurait pu se forger l'espérance de voir enfin un disque pop clamer la modernité musicale du nouveau siècle, faire confiance à l'un des duos les plus complémentaires de la scène anglaise.
Peut-être avons nous eu raison. Ce n'est pas que Hit The Ground (Superman) soit déplaisant, ni même que l'électronique de The Palace (So Cool) soit navrante pour un groupe issu de la contre-culture dark. Mais il semblerait que The Big Pink aient perdu le sens du songwriting. Mises à part quelques rares exceptions (on retiendra notamment le touchant par sa naïveté 77), les titres qui composent Future This font dans une facilité désolante. Le duo a, semble-t-il, cru devoir abandonner son écriture sensible pour livrer un album purement pop. Quel dommage, d'autant plus que parmi leurs anciennes œuvres, les radiodiffusées Dominos et Velvet constituaient de véritables perles auditives, l'une enthousiaste et contagieuse, l'autre tout bonnement mélancolique.

Ainsi, au milieu de l'ensemble mélodique facile et décevant que constitue Future This, on accueille avec le plus grand émoi Lose Your Mind et 13 ; les deux seuls véritables exploits de ce disque définitivement médiocre. Ceux-ci auraient bel et bien trouvé leurs places respectives au beau milieu d'A Brief History Of Love. Allier une production aussi riche que la leur et un art de composer hors du commun avaient jusqu'à présent toujours été le fort de The Big Pink. Majoritairement dépourvu pour cet album d'un de ces aspects, on ne peut qu'être déçu par le duo qui avait tant animé nos espoirs et passions.
Car pour autant, du point de vue de sa production, ce second effort n'a pas grand chose à envier à son prédécesseur. Enrichi en samples et autres beats hip-hop, son audace est à saluer. Mais, un film au scénario banal, même s'il est correctement tourné et bien monté, reste une œuvre médiocre dont on pourra se dispenser. Ainsi, si des morceaux comme Give It Up sont entamés de la meilleure des manière, leurs arrangements, bien qu'ils soient travaillés et, en l'occurrence, novateurs, ne seront pas mis en valeur comme ils le méritent, faute de bonnes compositions et d'une écriture capable de nous évader.

The Big Pink nous confirment donc leur savoir-faire technique, mais nous apprennent aussi leur incapacité à nous séduire une fois la noirceur de leurs débuts évaporée. Livrer l'album pop idéal est chose difficile. Malgré son profil ambitieux, Future This n'est pas celui-là. Les quelques très bons titres qu'il contient auront tout de même réussi à animer en nous une certaine nostalgie et nous pousseront à replonger dans le remarquable et A Brief History Of Love.
tracklisting
    01. Stay Gold
  • 02. Hit The Ground (Superman)
  • 03. Give It Up
  • 04. The Palace (So Cool)
  • 05. 13
  • 06. Rubbernecking
  • 07. Jump Music
  • 08. Lose Your Mind
  • 09. Future This
  • 10. 77
titres conseillés
    Stay Gold - 13 - Lose Your Mind - 77
notes des lecteurs
notes des rdacteurs
Du même artiste