logo SOV

Islet

Illuminated People

Islet - Illuminated People
Chronique Album
Date de sortie : 23.01.2012
Label : Shape Records/Turnstile
3
Rédigé par Aurélien, le 26 janvier 2012
Bookmark and Share
Islet, vous connaissez ? Un indice: on ne parle ni d'une île de petite taille, ni de la région du pancréas sécrétant la vitale hormone endocrine. Il ne sera donc point question de géographie, ni d'anatomie humaine dans les quelques lignes qui vont suivre. Dès lors, comme vous l'avez sûrement deviné, un nom pareil ne peut être évidemment que l'appellation recherchée d'un groupe indie d'outre-Manche.

En provenance de Cardiff, Islet n'a pas encore fait grand bruit. Mis à part quelques titres dévoilés au compte-gouttes depuis maintenant presque deux ans, une tournée Gallo-Britanno-Européenne qui n'en finit plus depuis 2009, ainsi que beaucoup de volonté, ce dernier peine à percer et semblerait se contenter d'un anonymat musical quasi complet jusqu'à maintenant. Las de devoir faire tant d'effort pour trouver un dénominateur musical commun et donc résigné à subir l'indifférence du plus grand nombre, en sortant son premier album studio intitulé Illuminated People, le groupe pourrait justement plutôt se focaliser sur cette poignée d'illuminés, c'est-à-dire cette petite grappe de mélomanes avertis qui, elle, sera prête à soutenir la vision artistique singulière du groupe contre vents et marées.

Cependant, en optant pour un choix si radical, le risque de déplaire est menaçant. En effet, attiré il y a un an et demi de cela par les sonorités tribales, impulsives et possédées de l'excellent titre Powys, tiré de leur EP Wimmy, on se perd quelque peu à la première écoute des dix pistes qui composent le nouveau Islet. Moins explosifs, plus touche-à-tout, les morceaux se suivent mais ne se ressemblent pas. Une introduction de neuf minutes nommée Libra Man aux relents de drum'n'bass en entrée, un côté voix féminine possédée et sonorités saturées à la Esben And The Witch sur This Fortune, un timbre masculin aux accents lointain de Bombay Bicycle Club mélangé aux sononorités électro façon Is Tropical sur Entwined Pines, un penchant pop simple et efficace à la Mystery Jet sur What We Done Wrong, du lointain Portishead sur A Warrior Who Longs To Grow Herbs, une folk solitaire et familière sur We Bow, un exotisme rythmé à la Vampire Weekend sur Funicular, une bizarrerie indéfinissable intiulée Shores, puis on finirait presque par du Erland & The Carnival sur le dernier morceau A Bear On His Own. Bref, ce disque nous fait penser à tout sauf du Islet. Mais au final, qu'est-ce que du Islet ?

On pourrait en conclure que le nos Gallois constituent un groupe atypique qui n'en fait qu'à sa tête. Peut-être est-ce du à son inspiration sonore puisée de l'expérience accumulée par le passé pas si lointain de ses divers membres (The Victorian English Gentlemens Club, Attack & Defend, Them Squirrels, ou encore Sweet Baboo et Frederik Stanley Star), ou peut-être est-ce seulement son exemption revendiquée de toutes contraintes commerciales (pas de page Myspace et un site internet des plus spartiates). Dans tous les cas, ce groupe, témoin de son temps et libéré de toutes contraintes artistiques, joue à sa façon et ne rend de compte à personne.

Finalement, si Illuminated People vous captive, c'est tant mieux. Tandis que s'il ne vous plaît pas, passez votre chemin et sans remords s'il vous plaît !
tracklisting
    01. Libra Man
  • 02. This Fortune
  • 03. Entwined Pines
  • 04. What We Done Wrong
  • 05. A Warrior Who Longs To Grow Herbs
  • 06. We Bow
  • 07. Filia
  • 08. Funicular
  • 09. Shores
  • 10. A Bear On His Own
titres conseillés
    Funicular, We Bow, This Fortune
notes des lecteurs
Du même artiste